Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

La Scabieuse (Succisa pratensis ou Scabiosa succisa)

Ce qui pousse en septembre pour votre santé

« En septembre, le raisin ou la figue pendent. » Mais il y a aussi des fleurs qui ne vont pas tarder à incliner leur tête. Profitons des derniers beaux jours pour courir dans les champs et les prés, à la recherche des dernières « têtes de loup » bleues qui illumineront notre peau.

Vous trouverez cette plante vivace dans les prés et les bois et vous la reconnaîtrez à ses petits capitules bleus ou roses, mais dépêchez-vous, sa période de floraison s’achève ce mois-ci.

PROPRIÉTÉS :
– diurétique
– sudorifique
– expectorant

ATTENTION : n’utilisez pas de plante fraîche en usage interne, car elle peut provoquer des inflammations de la cavité buccale.

Contre l’eczéma
Cataplasme : allez cueillir une poignée de fleurs que vous écraserez avec un pilon dans un mortier. Ajoutez une cuillerée à café d’huile d’olive et mélangez jusqu’à l’obtention d’une pommade. Appliquez sur les zones malades et laissez agir une demi-heure. Maintenez avec un film transparent. Renouvelez une autre fois dans la journée.

Contre les croûtes de lait des bébés
Décoction : préparez un mélange à part égale de scabieuse, bardane, fumeterre et pensée sauvage. Jetez 15 g du mélange dans un quart de litre d’eau froide et portez le tout à ébullition. Dès les premiers bouillons, baissez votre feu et laissez cuire cinq minutes. Filtrez et conservez dans une petite bouteille en verre. Lavez les croûtes trois à cinq fois par jour avec cette décoction.

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Je parraine un proche.

Magazine

Pour aller plus loin

Des recettes naturelles avec la prêle des champs

La prêle des champs, Equisetum arvense, pousse dans les milieux humides et argileux. Contrairement à la prêle des marais (toxique), la prêle des champs a, soit des tiges uniquement terminées par un épi, soit des tiges stériles sans épis mais avec des feuilles. Et ce sont ces tiges feuillues qui apparaissent après les tiges en épis, ces “queues de cheval”, que vous récolterez. Si vous avez des doutes, procurez-vous la plante en herboristerie. La prêle est très riche en silicium, calcium, fer, magnésium, potassium… Elle est reminéralisante, diurétique et cicatrisante, et garantit votre bien-être mais également celui de votre jardin. Les tisanes et autres préparations doivent être prises en interne sur un temps court plusieurs fois dans l’année. Elles sont déconseillées chez les jeunes enfants et les femmes enceintes.

L’Agripaume (Leonurus cardiaca)

Une odorante bien difficils à ramasser cette « herbe des tonneliers », parce que ses fleurs sont dotées de piquants rébarbatifs. En espérant qu’il fera beau le 21 juin… puisqu’il paraît que « les herbes de Saint-Jean gardent leurs vertus tout l’an ».

Le liseron (Convolvulus arvensis)

Il n’est point nécessaire de vous décrire les endroits où vous pourrez trouver cette plante. Puisqu’elle a décidé d’envahir notre quotidien, autant s’en servir. En usage médicinal, le liseron est recommandé en cas de constipation liée à une insuffisance hépatique. Toute la plante, racines, tiges et feuilles renferment une résine à l’action purgative.

Le Tussilage (Tussilago farfara)

Cette plante, appelée aussi « chasse-toux » et « pas d’âne », est une plante médicinale qui a fini par tomber dans les oubliettes. Elle est pourtant très efficace en cas de grippe, refroidissement, asthme, bronchite, toux diverses et enrouement. Les fleurs ont une action calmante et adoucissante ainsi qu’expectorante.