Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

L’Aspérule odorante

J'ai descendu dans mon jardin…

… avec deux de mes amis « nez », un parfumeur et un œnologue (qui est aussi un« palais »). Ils aiment déambuler dans mon jardin où la profusion de fragrances est, pour eux, une source d’inspiration. Après un passage instructif dans le potager, le jardin de curé et le jardin en friche, nous arrivâmes à l’orée de mon minuscule sous-bois. Une discussion entrecoupée de sonores reniflements s’engagea au pied d’une herbacée quant aux senteurs qu’elle exhalait, mélange de foin coupé, de vanille et de fève tonka.

J’agitais mon nez en tous sens afin de percevoir les effluves exquises décrites et mon appendice s’avérait être efficace… jusqu’à ce que mes deux acolytes évoquent d’autres arômes, le caramel, la noisette, la noix de coco, la lavande, le tabac, l’amande amère, le mimosa, le miel… Malgré tous mes efforts, mon « roc, mon cap, ma péninsule » me fit alors défaut et je ne pus que constater mon incapacité à partager leur paradis olfactif déclenché par… l’aspérule odorante.

  • Nom commun : petit muguet, reine-des-bois, herbe aux étoiles, belle-étoile, blanche-croix.
  • Genre et espèce : Galium odoratum.
  • Famille : RUBIACEAE : arbres, buissons, lianes, plantes herbacées ; feuilles simples et opposées avec stipules mimant souvent les feuilles ; fleurs à ovaire infère ; fruit charnu ou sec ; plus de 12 000 espèces et 600 genres.
  • Hauteur : 30 cm.
  • Habitat : sous-bois, surtout de hêtres.

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Magazine

Sponsorisé

Pour aller plus loin

Le Gaillet gratteron

… le nez en l’air, avec l’espoir de souffler un peu. Mais, malheureusement, j’ai été de suite harponnée par un individu du genre qui ne vous lâche pas : un de ces raseurs dont vous n’arrivez pas à vous débarrasser et qui s’agrippent à vous jusqu’à vos vêtements…

Aubépine

Mai, fais ce qu’il te plaît… mais, vite, nous sommes déjà en juin ! Au lieu de rester là, le nez en l’air, va par monts et merveilles, la tête chargée d’espoirs, va cueillir par brassées des branches d’aubépine…

Le cornouiller

… et vous vous dites : « Laissons-la dans son jardin, de toute façon, il n’y a rien à admirer à cette période de l’année, et en plus, il fait froid ». Allons, ne vous laissez pas abattre, enfilez pulls, chaussettes, moufles, écharpe et bonnet, et suivez-moi.