Le bouchon de cérumen

Bénin, mais désagréable
Rubrique

Sensation d’oreille bouchée, acouphène parfois, mais aussi douleur et perte de l’audition… ces signes caractérisent la formation d’un bouchon de cérumen dans l’oreille, autrement dit l’accumulation de cire dans le canal auditif externe.

On parle souvent du déficit auditif en se focalisant sur l’oreille moyenne et ses trois osselets (marteau, enclume et étrier) situés dans la cavité juste derrière le tympan. C’est oublier qu’en matière d’audition, le canal auditif externe, autrement dit le capteur de l’oreille, constitué du pavillon, du conduit auditif externe et du tympan, constitue un élément essentiel qui guide les ondes sonores vers l’oreille moyenne à la manière d’un couloir. Tout ce qui bouche le conduit diminue d’autant la transmission de l’onde sonore : une abondance de poils, des débris de coton ou encore le fameux bouchon de cérumen (et non la « cire humaine » !).

Un rôle barrière

Le cérumen, qui se comporte aussi comme un lubrificateur, joue un rôle important : la protection mécanique et chimique du tympan contre les agressions extérieures (corps étrangers, insectes, eau…) ; il permet également de piéger les bactéries, les cellules mortes, les poils arrachés, la poussière et, d’une façon générale, les particules toxiques que l’on retrouve dans l’air ambiant. En l’absence de cérumen, des démangeaisons, des douleurs et un eczéma sont possibles. La production de cérumen augmente en cas de stress ou d’anxiété.

Du cérumen protecteur…

Le cérumen, dont il existe deux formes (sec ou humide) selon les ethnies, est une substance cireuse grasse, mélange de sécrétions issues des glandes sébacées et cérumineuses* situées dans la partie cartilagineuse du conduit, dans lequel se développent certaines bactéries (staphylocoques, corynébactéries…). Le cérumen contient des acides gras à longue chaîne mélangés à du squalène et à de l’alcool.

… au bouchon mal toléré

Contrairement à une idée reçue, la présence de cérumen ne correspond pas à un manque d’hygiène. Il s’agit d’une substance naturelle et protectrice. Mais point trop n’en faut. Le cérumen peut s’accumuler au fond du conduit, a fortiori s’il est régulièrement tassé contre le tympan par des cotons-tiges. Dans certains cas, le bouchon lorsqu’il est ancien, peut même adhérer au tympan et s’avérer difficile (et douloureux) à retirer. En excès, le bouchon a tendance à se dessécher et à durcir, causant des symptômes bénins, mais désagréables.

Symptômes variés

Outre la baisse de l’audition, le bouchon peut se manifester par une sensation d’oreille bouchée, des douleurs, des vertiges ou des bourdonnements (acouphènes).

Lavage d'oreille

Retirer un bouchon est un acte assez désagréable qui doit être pratiqué par un professionnel (médecin généraliste, ORL…), risque de lésion du tympan oblige. Il peut être retiré de différentes manières :

• Par lavage d’oreille, qui consiste à instiller de l’eau tiède additionnée de savon, de façon à ramollir le bouchon et à le déliter. On peut utiliser aussi du bicarbonate de soude et de l’eau oxygénée.
• Par application de quelques gouttes d’une substance céruminolytique (Cérulyse) qui va « dissoudre » le bouchon.
• Par otoscopie, le praticien retirant alors le bouchon avec une pince adaptée ou par aspiration.

*Les glandes cérumineuses sont des glandes sudoripares, comme celles que l’on trouve sous les aisselles.

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de botanique
Spasmophiles ? Libérez vos émotions !
Maux de bouche, aphtes, gingivite, rage de dent...
Mon cahier de réflexologie plantaire