Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Le certificat d’aptitude médicale au sport

pour chausser ses baskets sans risque

Quel que soit le sport choisi à la rentrée, le certificat médical d’aptitude est indispensable pour s’inscrire dans un club ou participer à des compétitions. Mais comment l’obtenir ?

Tennis, football, self-défense, natation, musculation, gym, Pilates… la rentrée est propice à ces activités sportives attractives. L’inscription passe par l’obtention d’un certificat d’aptitude à la pratique sportive délivré par un médecin. Faute d’un tel certificat, et même si l’on est jeune ou en bonne santé, on ne peut pas s’inscrire ni obtenir sa licence, et encore moins participer à une épreuve encadrée par une fédération ou à un stage sportif. Il ne s’agit pas d’une simple formalité administrative mais d’une réelle mesure de sécurité dans l’intérêt du sportif, à effectuer tous les ans ou tous les 3 ans selon les cas (renouvellement de licence).

Risque de mort subite

Certes, on peut toujours courir dans son coin, taper dans une balle sur un court de tennis, ou aller nager à la piscine. Pour autant, il est fortement conseillé d’avoir le feu vert du médecin passés 50 ans, en cas de facteur de risque cardio-vasculaire (tabagisme, surpoids…) ou de pathologie chronique, a fortiori non traitée ou méconnue (métabolique, cardiaque…). Rappelons que la mort subite du sportif concerne près d’un millier de personnes par an, dont 90 % pour une origine cardiaque.

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Magazine

Pour aller plus loin

L’aptitude médicale

S’inscrire dans un club de plongée, participer à une épreuve sportive, à une randonnée, obtenir une licence sportive… Ces situations nécessitent la rédaction d’un certificat médical, véritable feu vert pour le sportif.

Le test de Ruffier-Dickson (RD)

Pour beaucoup, la rentrée s’accompagne de bonnes résolutions, dont celle de faire du sport. Parfait ! Mais reste à savoir si votre corps est capable de bien récupérer après l’effort. D’où l’intérêt du test de Ruffier-Dickson, le test le plus utilisé par les médecins pour la délivrance des certificats sportifs. Un test qui repose tout simplement sur la prise des pulsations cardiaques et que l’on peut pratiquer soi-même.