Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Le glaïeul d’Italie

J’ai descendu dans mon jardin...

C’est, grâce aux frais glaïeuls, grâce aux purs liserons,
La vengeance que nous poètes nous tirons
De cet affreux janvier, si laid ; c’est la revanche
Qu’avril contre l’hiver prend avec la pervenche ;
Courage, avril ! Courage, ô mois de mai !
Ciel bleu, Réchauffe, resplendis, sois beau !
Bravo, bon Dieu !

Extrait de "Dans le jardin" de Victor Hugo

Nom commun : glaïeul d’Italie, glaïeul des moissons.

Genre et espèces : Gladiolus italicus.

Famille : IRIDACEAE : plantes monocotylédones herbacées, rarement arbustives, à bulbes, cormes ou rhizomes ; feuilles étroites et linéaires ; fleurs à 6 tépales et 3 étamines ; fruit : capsule.

Origine : bassin méditerranéen.

Floraison : avril-juin.

Glaïeul d'Italie

 

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Magazine

Produits

Sponsorisé

Pour aller plus loin

L’angélique vraie

J’ai descendu dans mon jardin…

… pour observer discrètement la messagère des anges. En chemin, apparurent devant moi maintes demoiselles, plus aguicheuses les unes que les autres : Angélique princesse d’Orient délivrée par Roger, Angélique La marquise au bras de Joffrey de Peyrac et Angélique Ionatos entre Musique et Poésie. Mesdames, celle que je désire pousse dans mon jardin ! Elle n’a certes point vos attraits, mais pour moi qui cherche éperdument L’Archange Raphaël… elle est l’Unique Angélique.

Le Narcisse du poète

…pour enfin trouver un moment de calme auprès de ma source, là où poussent ces myriades de fleurs odorantes d’une simplicité pleine de fraîcheur. Il n’est pas question pour moi de me mirer dans l’eau tel ce héros qui apercevant son reflet en tomba éperdument amoureux jusqu’à en perdre la vie. Non, il s’agit de savourer les instants  ordinaires où le bonheur vous pénètre au contact de la nature.

L’onagre bisanuelle

J’ai descendu dans mon jardin…

“Pendant qu’au loin, la voix des belles madrilènes
Résonne sur la route aux sables grivelés.
Un franc toréador, rêvant de ses parades,
Sourit en son parterre orné de balustrades
Où l’onagre fleurit près des alcarazas”

Arthur de Bussières. Extrait de Soirée castillane. 1897.