Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Le Néflier du Japon

… à Rome, pour profiter de la merveilleuse floraison à l’odeur d’amande et de rose mélangée d’un arbre dont la ramure en cime arrondie offre un abri idéal pour une sieste parfumée. Auprès de mon bien-aimé, je m’extasiai sur la merveille de ce bibassier quand soudain, je fus prise à partie par mon cher voisin, toujours aussi aimable. « Eh, la vieille, espèce de bibasse, de quoi que tu causes ? T’as bu une vieille bibasse ou t’as encore bibassé dans les bars ? ». Piquée au vif devant ces propos irrévérencieux et complètement inappropriés, je m’empressai de l’éclairer sur la signification du mot bibassier. Il riposta en répliquant : « Tu peux pas causer comme tout le monde ! Même Apollinaire, il l’appelle pas comme ça cet arbre ». Et tout en s’éloignant, il se mit à réciter quelques vers : « … Je recule dans ma vie en écoutant dans les tavernes chanter des chansons… » et… Vous voici à Rome, assis sous… le Néflier du Japon.

  • Noms communs : bibassier ou bibacier, arbre à biba.
  • Genre et espèce : Eriobotrya japonica.
  • Famille : ROSACEAE : arbres peu élevés, buissons ou plantes herbacées – feuilles alternes – fleur à 5 pétales et 5 sépales.
  • Origine : Extrême-Orient.
  • Hauteur : de 6 à 8 m.
  • Floraison : d’octobre à décembre.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX MEMBRES

Abonnez-vous pour consulter l’article en intégralité

Magazine

Produit

Pour aller plus loin

Prunellier

Dans les fourrés épais qui forment des haies, là où les oiseaux aiment nicher au milieu des rameaux acérés, une multitude de petites fleurs blanches s’épanouissent sur des arbrisseaux encore nus.

Aubépine

Mai, fais ce qu’il te plaît… mais, vite, nous sommes déjà en juin ! Au lieu de rester là, le nez en l’air, va par monts et merveilles, la tête chargée d’espoirs, va cueillir par brassées des branches d’aubépine…

L’églantier

… et, comme d’habitude, je me suis dirigée droit vers le fond de mon jardin. Vous devez penser que j’ai un esprit fortement canin, toujours fourrée dans ma haie, à défendre mon territoire à coup d’épines de prunellier et d’aubépine.