Les additifs alimentaires

Pour peu qu’on se nourrisse surtout de produits achetés au supermarché du coin, on en avale du matin au soir. Ils sévissent dans les céréales du petit déjeuner, les yaourts aux fruits, les alcools, les fromages, les viandes, les plats cuisinés, le pain en tranche, les poêlées de légumes… partout ! Ces envahisseurs masqués par la lettre E, autrement dit les additifs, doivent-ils être traqués comme de dangereux malfaiteurs ?

LES ADDITIFS, C’EST QUOI ?
Ce sont des substances ajoutées à un aliment dans un but particulier. Pour le conserver, le colorer, lui conférer odeur ou saveur, maintenir sa texture ou l’épaissir, bref : en faire à peu près ce qu’on veut.
Le problème avec les additifs, c’est qu’ils ne sont pas tous mauvais.
Sinon, ce serait simple. Mais, comme certains sont douteux voire carrément toxiques, ils ont déclenché des publications très alarmistes d’un côté, et des démentis trop rassurants et tout aussi peu nuancés de l’autre.

LES ADDITIFS EN 5 QUESTIONS
Pourquoi tant d’additifs ?
Chaque additif agit sur un phénomène particulier, et dans un milieu spécifique. Certains antioxygènes sont efficaces dans les graisses animales, d’autres dans les graisses végétales, certains conservateurs agissent de façon optimale en milieu acide, d’autre en milieu alcalin…

D’où sont-il issus ?
Ils sont extraits de matières premières naturelles ou fabriqués de manière synthétique. Ils sont présents dans TOUS les produits transformés.

Comment sait-on si les additifs utilisés sont autorisés ou pas ?
En Europe, les additifs sont soumis au régime de la liste positive : tout ce qui n’est pas autorisé par un texte réglementaire est interdit. Pour éviter les listes à rallonge sur les étiquettes, chacun d’entre eux se nomme E suivi d’un chiffre. Le "E" signifie "Europe". Certains additifs sont interdits en Europe et autorisés ailleurs, ou l’inverse.

Comment évalue-t-on la toxicité des additifs ?
Sur des animaux. On leur administre de fortes doses et on regarde ce qui se passe. S’ils développent des maladies (cancer par exemple), les chercheurs définissent à partir de quel seuil apparaît le problème, multiplient par 100 histoire de "laisser de la marge" et de permettre théoriquement à l’homme d’en manger toute vie sans risque. En fait, on n’a aucun moyen de savoir où on est avec cette DJA (Dose Journalière Admissible), et l’Observatoire des consommations alimentaires estime même que nous la dépassons pour au moins 20 d’entre eux.

Quelles sont les 4 fonctions principales des additifs ?
1. Ils préservent la qualité : les conservateurs protègent les aliments d’une prolifération bactérienne ; les antioxygène retardent l’oxydation des aliments (qui s’accélère en présence de certains métaux, de lumière, de chaleur, de l’air). Le gaz d’emballage permet seulement de retarder la date limite de consommation. C’est en général de l’azote, de l’oxygène ou du dioxyde de carbone. On trouve surtout ces additifs dans les viandes, la pâtisserie, le beurre, les crudités emballées sous vide (salade), les jus de fruits, la charcuterie, le pain en tranches…

2. Ils transforment la texture : les épaississants et gélifiants permettent d’obtenir une texture et une consistance spécifique ; grâce aux émulsifiants, on peut mixer deux ingrédients théoriquement impossibles à mélanger (comme l’eau et les matières grasses), et les stabilisants maintiennent cette prouesse ; fruits et légumes restent croquants grâce aux affermissants, tandis que les humectants empêchent les denrées de se dessécher. On trouve souvent ces additifs dans les sauces, les desserts lactés, la confiture, la margarine…

3. Ils améliorent l’aspect : la grande famille des colorants rend aux aliments la couleur qu’ils ont perdue lors des transformations industrielles (par exemple, sans eux, les cerises stérilisées sont blanches, le sirop de menthe aussi). Ils sont interdits dans les aliments non transformés comme le lait et les fromages, l’huile, les fruits, le miel, les poissons. Les agents d’enrobage confèrent au produit un aspect brillant. On trouve ces additifs dans tous les produits ou presque : évidemment dans les bonbons mais aussi les boissons, glaces, desserts aux fruits, crevettes, etc.

4. Ils modifient le goût : comme les industriels n’utilisent pas toujours des ingrédients de super qualité, mieux vaut leur adjoindre des exhausteurs de goût pour faire comme s’ils étaient fantastiques. Le glutamate, par exemple, vous donne l’impression que votre viande cuisinée est extraordinaire. Ces additifs permettent aussi de "redonner" une saveur perdue lors des différents procédés de fabrication. Les édulcorants sucrent simplement un aliment, mais ils peuvent aussi transformer la texture d’un aliment.

LE JOYEUX MÉLANGE DES ADDITIFS
Mais là où tout se gâte, c’est lorsque les additifs ne sont pas "utiles", par exemple les colorants ou les arômes, ou qu’ils ne sont pas maîtrisés. Et là, il faut bien dire que quand on sait qu’il y a 350 additifs autorisés dans l’alimentation, on peut être pris d’une grosse fatigue : celui-ci est-il bon ? Et celui-là ? Et ça, ça sert à quoi ? Et est-ce que tous ces additifs mélangés dans un seul et même produit ne risquent pas de se lier ensemble et de "créer" de nouvelles substances dans mon corps ? Réponse : personne n’en sait rien.
Dans le doute, donc, mieux vaut s’abstenir, et avaler le moins possible de ces fameux E. Mais à moins de passer sa vie le nez collé aux étiquettes, on ne se rend pas toujours compte qu’on dépasse largement la DJA (Dose Journalière Admissible) en sulfites notamment.

EN PRATIQUE
=> L’idéal : manger bio. Les additifs sont interdits dans les produits transformés.
=> Manger le plus naturel et le plus sain possible. Il n’y a pas d’additifs dans les légumes du marché ni dans un bon vieux poulet fermier. Il y en a dans un plat cuisiné industriel et dans des volailles panées surgelées.
=> Éviter de manger beaucoup d’une même famille de produits. Par exemple, un peu de charcuterie ne fait pas de mal, alors qu’en manger trop est non seulement néfaste à la santé mais encore ne fait qu’augmenter la consommation d’un additif spécifique.
=> Si vous avez tendance à développer des allergies, méfiez-vous particulièrement des produits dont l’étiquette liste de nombreux additifs. Mais si vous n’êtes pas allergique a priori, n’imaginez pas que vous passerez forcément au travers !
=> Si vous avez des signes "bizarres" qui apparaissent à la suite de l’ingestion d’un aliment quelconque (même de simples noisettes !), comme des démangeaisons dans la bouche, essayez de renouveler l’ingestion un peu plus tard dans d’autres conditions, pour voir.
=> Si vous savez à quel additif vous êtes intolérant, évitez-le. Il n’y a aucune raison pour que vos relations s’améliorent, ça aurait plutôt tendance à empirer.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de sorcière pour devenir immortel.le
Dépression. Le mensonge des antidépresseurs... et les vraies pistes de guérison
Les savoureuses recettes d'Anaïs Dufourneau
Les clés de l'alimentation santé - L’essentiel à savoir dans votre cas