Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Les boulets du climat

Le 26 janvier dernier, Greenpeace a remis son prix annuel aux boulets du climat devant l’Assemblé Nationale. Les lauréats ont été départagés par le vote en ligne de 30 000 internautes. Ont été attribués les prix suivants, annoncés par Greenpeace :

• Catégorie ministre : Barbara Pompili. Elle concourait au prix comme « tueuse d’abeilles » pour avoir fait revenir les néonicotinoïdes, ces pesticides tueurs d’abeilles qu’elle avait elle-même fait interdire dans une loi de 2016. Un joli retournement de veste.

• Catégorie député : Mohamed Laqhila : ce député LREM baptisé « le VRP de l’huile de palme » aime tellement Total qu’il est tout feu tout flamme avec les forêts ! Il a tout fait pour que le pétrolier touche des subventions pour son utilisation d’huile de palme dans les carburants, ce qui engendre une déforestation massive. 

• Le Prix spécial du jury : Emmanuel Macron. Le président ne figurait pas parmi les boulets nominés, mais vous, internautes, l’avez réclamé ! C’est indéniablement le Roi des boulets : alors que son quinquennat est crucial pour le climat, il empile fausses promesses et renoncements et se complaît dans l’imposture (Convention citoyenne, CETA, déforestation importée, glyphosate, relance climaticide…). Comment ne pas lui décerner le boulet d’or ?!

Magazine

Pour aller plus loin

Oui, les herbicides sans glyphosate sont aussi des poisons !

Les débats sur l’interdiction du glyphosate seraient-ils un leurre ? La molécule n’est sans doute pas la plus toxique parmi les produits qui composent le Roundup de Monsanto, mais c’est le seul déclaré. C’était déjà une des conclusions des recherches du Pr Gilles-Éric Séralini et de son équipe en 2005. À la suite d’une de ses nouvelles études sur les produits cachés dans les herbicides nouvelle génération commercialisés sans glyphosate, neuf associations de défense de l’environnement ont porté plainte le 1er décembre dernier auprès des autorités sanitaires.

Pour nous prémunir du risque de nouvelles pandémies…

« Voir un lien entre la pollution de l’air, la biodiversité et la Covid-19 relève du surréalisme, pas de la science », déclarait Luc Ferry dans L’Express du 30 mars 2020, contredisant ce qu’affirme pourtant la soixantaine de scientifiques du monde entier que Marie-Monique Robin a pu interroger pendant le premier confinement. Son livre La Fabrique des pandémies réunit ces entretiens dans une enquête passionnante qui explique comment la déforestation, l’extension des monocultures, l’élevage industriel et la globalisation favorisent l’émergence et la propagation de nouvelles maladies. Non seulement la pandémie de Sars-CoV-2 était prévisible, mais elle en annonce d’autres.

“Les abeilles” en BD

L’année 2016 a été une année catastrophique pour les apiculteurs français. Alors que plus d’un tiers de notre alimentation dépend des abeilles, véritables ambassadrices de la biodiversité et pollinisatrices indispensables, celles-ci disparaissent, menacées de toutes parts par le dérèglement climatique et l’empiétement des humains et de l’agriculture sur leur milieu.

L’huile de palme

L’huile de palme, issue du palmier à huile (Elaeis guineensis), est partout. Dans les produits préparés, qu’ils soient bio ou pas, dans les savons, dans les cosmétiques… Aubaine pour les industriels, elle est une catastrophe pour l’environnement. Les nutritionnistes, quant à eux, tirent la sonnette d’alarme en raison de sa haute teneur en graisses saturées. Mais le problème est plus complexe… Faisons le tri !