Les colorants alimentaires

Rubrique

Comme elle est appétissante, cette pizza bien rouge! Ou cette tranche de jambon bien rose… et ce yaourt aux beaux fruits orange… ou cette moutarde d’un beau jaune intense… C’est la nature qui leur donne leurs belles couleurs? Eh bien oui, parfois, mais… pas si souvent finalement. Le reste du temps, l’industrie agro-alimentaire arrange un peu les choses. Suite de notre décryptage des listes d’ingrédients : fiche technique des colorants alimentaires.

Qu’est-ce que c’est ?

Ce sont des substances colorantes (49 autorisées au total), d’origine naturelle (comme la betterave ou la carotte), synthétique ou chimique, et classées en tout début de la longue liste des additifs alimentaires.

À quoi ça sert ?

Ils poursuivent toujours un même but (rendre les produits plus appétissants) et sont utilisés dans trois fonctions principales :
=> uniformiser ou aviver les couleurs naturelles des aliments,
=> remplacer celles qui ont disparu du fait de la cuisson, d’une exposition prolongée à la lumière ou de l’adjonction d’autres additifs,
=> donner une touche festive ou gourmande (surtout pour les colorants « de surface », qui enrobent confiseries et gâteaux...).

C’est bon ou c’est mauvais ?

Bien sûr, il existe des additifs sans dangers ni soucis. Mais, dans la catégorie des colorants, il faut bien le reconnaître, on en trouve tout de même assez peu. Même les composés les plus naturels peuvent être source de problème. Ainsi, le E120 (obtenu à partir de cochenilles) est associé à de nombreuses réactions allergiques. Des substances minérales suspectées d’être toxiques (mais c’est vrai, surtout, à hautes doses) comme l’aluminium, l’argent ou l’or sont fréquemment employées pour les décors des pâtisseries et les enrobages de confiserie.

On a des doutes sur l’innocuité de certains colorants synthétiques, mais en attendant les études indiscutables qui trancheront sur leur sort, ils sont autorisés dans les produits européens... alors même qu’ ils sont parfois interdits ailleurs, dans les pays où le principe de précaution se trouve appliqué de façon plus rigoureuse que chez nous.

Reste la grande famille des colorants chimiques, et parmi eux, les "azoïques", les plus largement décriés. Il faut dire qu’ ils cumulent les caractéristiques problématiques : difficilement biodégradables, particulièrement allergènes, parfois toxiques, souvent impliqués dans le syndrome d’ hyperactivité (alors même qu’on les retrouve presque systématiquement dans les bonbons et confiseries destinés aux enfants...), ils contiennent, de plus, fréquemment des amines aromatiques reconnues cancérigènes. Vous avez sûrement entendu parler de la tartrazine, ce n'est que l'un d'entre eux...

Où les trouve-t-on ?

La plupart des colorants sont autorisés pour une utilisation très large, ce qui veut dire qu’on peut les retrouver dans pratiquement tous les aliments qui passent par les chaînes de l’industrie agro-alimentaire: bonbons, bien sûr, et confiseries, mais aussi yaourts (particulièrement quand ils sont "aux fruits" ou aromatisés), charcuteries, condiments, plats préparés, fromages, gâteaux apéritifs et chips, liqueurs... La liste est éclectique, et presque infinie!

Comment les reconnaître ?

Le plus souvent, ils sont énumérés derrière la mention "Colorants :" dans la liste des ingrédients, et cités sous leur nom de code, E suivi de 3 chiffres. La réglementation leur a attribué les numéros E100 à E180.

 COLORANT CODEORIGINEINTERDICTION
TartrazineE102AzoïqueAutriche, Finlande, Norvège, Suisse
Jaune de quinoléineE104SynthétiqueÉtats-Unis, Australie
Sunset yellow FCFE110AzoïqueÉtats-Unis
CochenilleE120Naturel 
AzorubineE122Azoïque 
AmaranteE123AzoïqueÉtats-Unis
ErythrosineE127Synthétique 
Rouge 2 GE128AzoïqueAustralie
Bleu patenté VE131SynthétiqueAustralie
Vert SE142Synthétique 
Noir Brillant BNE151Azoïque 
Brun FKE154Azoïque 
Brun HTE155AzoïqueÉtats-Unis
CanthaxanthineE161Chimique 
AluminiumE173NaturelAustralie
ArgentE174NaturelAustralie
OrE175NaturelAustralie
Lithol-rubine-BKE180AzoïqueAustralie

Dans le tableau ci-dessus, ne sont mentionnés que ceux qu’on a vraiment intérêt à éviter.

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

L'Alimentation santé en pratique
Infections ORL : rhumes, angines, bronchites, grippe.
Faut bien mourir de quelque chose !
D'ici et d'ailleurs les aliments qui guérissent