Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Les nombreuses vertus du Chlorumagène

En lisant les témoignages de certains de vos lecteurs concernant le Chlorumagène, je me suis senti obligé de réagir. Il faut savoir que ce médicament n’est pas uniquement un laxatif. J’ai sous les yeux le livre du Dr Martin du Theil (éditions du 4e trimestre de 1965) que je viens de relire avec beaucoup d’intérêt. Son livre La défense par le système nerveux présente avant tout une thérapie basée sur le rétablissement du système de défense en stimulant le grand sympathique. Ce médecin a, à ce titre, soigné “et guéri” nombre de malades dont certains étaient mal en point : tuberculose qui faisait de gros ravages, le cancer alors trop méconnu, l’hypertension, les troubles du retour d’âge, de la circulation, du diabète, de la prostate, de l’urémie, etc. Toutes ces maladies sont traitées dans son livre. J’imagine que je ne vous apprends rien mais je déplore que le Chlorumagène soit vendu uniquement comme laxatif, alors que le Dr du Theil fait mention de l’effet laxatif, comme un plus dans le traitement des maladies qu’il a combattues. Sur la boîte de poudre de ce produit est collé un adhésif avec toutes les recommandations et effets secondaires pouvant intervenir dans la prise de ce médicament, alors que le Dr du Theil est formel : aucune nocivité n’est à déplorer. Évidemment, le pauvre homme n’est plus en mesure de s’insurger puisqu’il est décédé en… 1942. C’est trop facile “d’oublier” qu’un remède est efficace contre un grand nombre d’affections et de le cantonner à la constipation, contre laquelle il est, certes, très efficace aussi. J’ai moi-même suivi les prescriptions du Dr du Theil pour des raisons de fatigue générale. Cela fait à présent une cinquantaine d’années (j’ai 83 ans sonnés). À ma connaissance, je n’en suis pas mort. Mais la thérapie était assortie de médicaments pour renforcer les effets du Chlorumagène. Ceux-ci ne sont plus fabriqués (trop simples ?). Il s’agissait de Surbical (Phosphate bi-calcique à 0,50), Fanerval (granulé reconstituant) et Dosanosal (granulés d’extrait de plantes : douce amère, saponaire, noyer, salsepareille). J’ai reconsulté le livre du Dr Valnet Phytothérapie. Toutes ces plantes ont en effet des propriétés évidentes, mais les dosages sont restés secrets, et chaque espèce a ses particularités. Mieux vaut dans l’ignorance s’abstenir. Y a-t-il un remède aussi efficace en remplacement ? Je suis tout à fait sceptique à ce sujet…»

Léo D. du Pas-de-Calais

Il existe, en pharmacies, parapharmacies et magasins de produits naturels, des spécialités reminéralisantes, reconstituantes et diurétiques qui peuvent remplacer celles que conseillait le Dr Martin du Theil et qui ne sont plus disponibles.
Le livre du Dr Martin du Theil a été récemment réédité sous le titre : Hydroxyde de magnésium : Une panacée à connaître : le Chlorumagène, et je l’ai annoté.
Sophie Lacoste

Retour au sommaire de Rebelle-Santé n° 200

Magazine

Pour aller plus loin

Zoom sur le magnésium

Après la vitamine D, honneur à son principal cofacteur : le magnésium. Environ trois quarts des Français accusent un déficit plus ou moins marqué en magnésium, ce qui en fait le nutriment dont on manque le plus après la vitamine D ! Comme les besoins en magnésium sont difficilement couverts par l’alimentation actuelle, il n’y a guère d’autre choix que de se supplémenter, sauf que la naturalité des compléments à base de magnésium actuellement disponibles sur le marché laisse franchement à désirer.

Coline Serreau

La réalisatrice multi talents revient sur le devant de la scène avec un livre très personnel : #colineserreau*. Elle évoque ses combats, son passé, ses passions, ses convictions. Elle y partage son insatiable curiosité et son regard affûté sur notre société. Rencontre.

Les épices de santé

Qu’est-ce qui fait l’une des grandes richesses des cuisines indiennes et thaïlandaises, entre autres ? L’art subtil de manier les épices, bien sûr ! Partie intégrante de la tradition gastronomique de la plupart des pays du Sud, ces dernières n’ont pas leur pareil pour relever subtilement les mets, même les plus simples.