Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

L’ortie piquante

J’ai descendu dans mon jardin

“J’aime l’araignée et j’aime l’ortie,
Parce qu’on les hait ;
Et que rien n’exauce et que tout châtie Leur morne souhait (…)
Passants, faites grâce à la plante obscure,
Au pauvre animal.
Plaignez la laideur, plaignez la piqûre,
Oh ! Plaignez le mal !
Il n’est rien qui n’ait sa mélancolie ;
Tout veut un baiser.” 

Victor Hugo, extrait : Les Contemplations Livre III

Ortie piquante

• Nom commun : grande ortie, ortie commune.
• Genre et espèce Urtica dioica.
• Famille : URTICACEAE : plus de 1000 espèces – arbres, arbustes, lianes ou herbacées recouverts de poils dont certains sont urticants – fleurs unisexuées – fruit : le plus souvent des akènes.
• Habitat : sols riches en azote, décombres, haies et chemins.
• Floraison : de juillet à septembre.

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Magazine

Produits

Pour aller plus loin

L’arbre aux chatons de soie

J’ai descendu dans mon jardin…

“Dans mon jardin, il y a un arbre qui, l’hiver, se pare de pendeloques végétales blanc-argenté, sortes de longs stalactites opalescents. Les illuminations colorées qui parsèment les villes et les chaumières n’ont pas sa poésie. Ici, pas d’artifices, juste la nature qui semble mettre un point d’honneur à célébrer ces fêtes de fin d’année. Sans excès, sans nuisances, en toute humilité.”

Le kiwi

« Le kaki dit au kiwi, d’un petit ton réjoui, d’un petit ton délicat : nous portons des noms en “k”, soyez l’ami du kaki. 
Et d’un petit air exquis, d’un petit air réjoui, conquis, le kiwi dit oui ». 

Chanson interprétée par Michèle Bernard

Le charme

“… Notre âge, qui se rue aux luttes convulsives,
Te voyant immobile, a douté que tu vives,
Et ne reconnaît plus en toi d’hôte sacré.
Ah ! moi, je sens qu’une âme est là sous ton écorce ;
Tu n’as pas nos transports et nos désirs de feu,
Mais tu rêves, profond et serein comme un dieu…”

Extrait de À un grand arbre, de Victor de Laprade.

Le concombre

Il était une fois un roi, le roi Theinhko, roi de Birmanie.
On raconte qu’après une longue journée de chasse, ce monarque, assoiffé et affamé, mis pied à terre devant un champ rempli de concombres qu’il dévora en quantité. Le fermier Nyaung-U Sawrahan qui s’occupait du champ le surprit et, furibond, tua dans un accès de colère le souverain. Pour éviter des complications de succession, on vêtit le fermier des habits de Theinhko et on le proclama roi. Par la suite, le peuple le surnomma le roi… concombre.