Neuf conseils pour qu’une journée soit une bonne journée

Tout talent, organe, muscle qui travaille se développe. Sans travail, ils s’atrophient : en trois semaines dans le plâtre, vous perdez 30 % de votre masse musculaire, et le kiné met trois mois pour vous les refaire. Si vous avez appris une langue à l’école et que vous ne vous en servez pas, rapidement il n’en reste plus grand-chose. Si, par contre, vous exercez vos talents régulièrement, vous allez obtenir de beaux résultats – et vivre des journées bien agréables.


1. Pour qu’une journée soit une bonne journée, il faut un temps d’activité physique.
Quand la circulation marche, tout marche. Quand la circulation ne marche pas, rien ne marche. Faites votre choix, il est facile à faire.


2. Pour qu’une journée soit une bonne journée, il faut un temps d’activité intellectuelle. Il y en a qui croient que c’est notre intelligence qui nous distingue des animaux. Ce n’est pas vrai : nous sommes plus proches des animaux que de l’homme que nous pourrions être. Apprenez chaque jour quelque chose de nouveau pour pouvoir vous coucher chaque soir un peu moins « bête » que le matin…


3. Pour qu’une journée soit une bonne journée, il faut un temps de création. 80 % de la communication passe en dehors des mots. Exercez vos talents avec des couleurs, des sons, des mouvements, et même avec des mots – qui peuvent parfois dire ce que des mots ne disent pas souvent.


4. Pour qu’une journée soit une bonne journée, il faut un temps de convivialité. Nous sommes faits pour vivre bien ensemble, les uns avec les autres. Et ça se cultive, jour après jour, comme un jardin de l’amitié.


5. Pour qu’une journée soit une bonne journée, il faut un temps de tendresse. La douceur se transmet, se multiplie même. Une pandémie bien agréable : le bonheur est contagieux.


6. Pour qu’une journée soit une bonne journée, il faut un temps de jeux. Il y a un sens profond dans des gestes qui n’ont pas de sens. C’est la règle qui fait le jeu…


7. Pour qu’une journée soit une bonne journée, il faut un temps pour l’enfant qui est en nous. Agissons comme lui à notre place. Il est bien plus près de la source. Retournons-y de temps à autre.


8. Pour qu’une journée soit une bonne journée, il faut un temps de silence. Tout arrêter pour mieux poursuivre, en passant par la porte du silence.


9. Pour qu’une journée soit une bonne journée, il faut un émerveillement.
Il se trouve dans l’esprit qui le contemple. Nous sommes les créateurs de notre réalité. Soyons réalistes ! C’est merveilleux.

Relisez ces neuf conseils en fin d’après-midi... Cela vous laisse le temps de trouver ce que vous pouvez encore faire POUR que la journée soit une bonne journée.

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de tisanes
Poids : mode d'emploi
Les aliments qui guérissent (Poche)
Rhumatismes et autres maux articulaires