Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Nos 10 conseils pour des fêtes qui brillent… naturellement !

Partager, se réunir, fêter ensemble, est plus important que jamais, même si c’est en comité restreint.
Voici nos conseils pour des repas de fêtes chaleureux et gourmands, sans intox !

Ces moments festifs sont parfois l’occasion de véritables débauches de produits toxiques – jouets ou vêtements de piètre qualité, alcools, colorants alimentaires outranciers, maquillage/parfum déraisonnables –, de moyens, de lumières, d’emballages délirants, d’entorses aux règles écologiques les plus élémentaires, sous prétexte que « on se détend une fois dans l’année, alors lâchez-nous ». En fait, on peut se détendre en se faisant (très) plaisir, sans pour autant tomber dans les pièges du sur-artificiel ou du triste « un arbre tué pour quelques jours de fête » – sapins déjà jetés sur le trottoir dès le 27 décembre. Loin de nous l’idée de vous inciter à jeûner ou à manger seulement des graines germées « maison » au réveillon, ni à utiliser des couverts en bambou, et encore moins de vous culpabiliser de gâter vos enfants ou petits-enfants. Il s’agit juste de vous aider à profiter d’une belle table de fêtes sans crouler sous les produits toxiques ou anti-écologiques (dans les aliments, la vaisselle…), et de limiter l’empreinte carbone à laquelle on ne pense parfois pas du tout.

La vraie vaisselle, qu’on lave à la main (ou au lave-vaisselle) : chic et saine

Porcelaine, céramique, verre : oui ! Ça paraît fou de devoir en parler, pourtant on en est là. Chaque fin d’année, il se vend des palettes de vaisselle jetable, en plastique, voire en carton (plastifié), en « matériau dit écologique » (qu’y a-t-il d’écologique à jeter une assiette après UN usage ?), festonnée, en forme de sapin, d’étoiles, estampillée « Happy New Year », « Joyeux Noël ». Tout ça par flemme « on ne va pas s’embêter avec ça, c’est la fête ! ». De la vaisselle souvent colorée, recouverte d’un vernis douteux, etc. dont on avale des particules. Surtout à la table des enfants ! Franchement…

Nappe, serviette, set… : la classe du naturel

Même raisonnement pour les serviettes et autres linges de table. Les serviettes en forme de sapin, pudding, caribou, flocons, métallisées, colorées… ont été produites et acheminées à grands renforts de composés polluants. 

Traquez les lots sur « leBonCoin » 

Une décoration de table sobre et majestueuse

Les confettis et autres rubans de table qui ne servent qu’une fois sont-ils vraiment indispensables ? Pensez aux décors naturels : plantes grasses/vertes, verrines emplies de sable, de petits cailloux ou de graines, pots pourris, branches, feuilles mortes, coquillages, noix/noisettes au milieu de guirlandes…

*

Méfiez-vous des bougies parfumées

Certaines sont écologiques et parfumées naturellement (cire d’abeille ou huile de soja + huiles essentielles) : d’accord, mais avec modération, et en s’assurant d’une bonne aération.

High tech mais… dématérialisé ! 

Les cadeaux « high tech » restent les plus recherchés… et les moins écologiques. 

Évitez les « trucs inutiles »

Ballons de baudruche « pour faire joli » (vous êtes sûr ?), objets bruyants chantant à tue-tête « I wish you a merry christmas » d’une voix chevrotante, père Noël rose fluo clignotant… Aucun de ces artefacts n’est digne de votre intérieur ni de celui de vos cousins. Préférez l’élégance – une jolie lampe, des coussins accueillants…

Vous vous déplacez ?

Privilégiez le train, les autres transports en commun (sur un trajet d’environ 800 km, même l’avion est moins polluant que la voiture : il émet deux fois moins de CO2 qu’elle), à défaut, le covoiturage, le bus. 

Des aliments bio, locaux et de saison à l’honneur

Sapins et guirlandes

Préférez le « vrai » sapin… planté dans votre jardin depuis des années. En ville ? Optez pour un joli sapin artificiel en bois (plutôt qu’en plastique, venu de Chine par avion). Et ornez-le de guirlandes non lumineuses, tout simplement. Réfléchissantes, elles brillent « toutes seules », là où leurs cousines lumineuses, gourmandes, nécessitent la puissance d’un réacteur nucléaire (1300 MW).

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Magazine

Sponsorisé

Pour aller plus loin

Une mangeuse de sapin

Comment j’ai mangé mon sapin de Noël. Recettes délicieuses et originales pour cuisiner avec des arbres 
Julia Georgallis, traduit de l’anglais par Ariane Bataille
Éditions Rouergue
144 pages  15,6 x 22,2 cm
19,50 €

Les divagations de Nat

Je suis tellement heureuse de commencer cette chronique pour vous, lectrices et lecteurs de Rebelle-Santé ! Au fil des saisons et des mois, je vous parlerai de la nature, des plantes, de la vie sauvage qui existe tout près de nous ; je vous ferai partager mes bonheurs et mes expériences de glaneuse-cueilleuse en vous expliquant pourquoi j’aime tant cette activité, prétexte à des balades riches en découvertes ; je vous indiquerai des recettes, des petits bricolages pour transformer vos récoltes, des astuces et des idées pour jouer avec les enfants, pour faire des économies, pour contribuer à la préservation de notre petite planète. Pas de grandes choses, non, seulement des petites, faciles à mettre en oeuvre, faciles à adapter et à la portée de chacun.e d’entre vous… et vous irez plus loin, si le coeur vous en dit.