Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Quand la propreté rend malade

Le mieux, ennemi du bien...

À trop vouloir éliminer les micro-organismes qui nous entourent, nous jouons contre notre santé.

L’idée de cet article m’est venue suite au visionnage d’un reportage télévisé, montrant un médecin de campagne mongol qui parcourt le désert de Gobi à dos de cheval pour assurer les soins de santé ambulatoires à des familles isolées. On y voit l’homme extrayant une dent à l’aide d’une pince de mécanicien, désinfectant le dos d’une patiente à la salive avant d’y pratiquer une saignée, et stoppant ladite saignée avec du papier journal. Un MacGyver des premiers soins, en quelque sorte, qui n’aurait certes pas dédaigné disposer de moyens médicaux plus raffinés, mais qui – et c’est ce qui est notable – travaille dans des conditions d’asepsie aux antipodes de celles jugées indispensables chez nous, sans que cela semble créer d’hécatombe chez ses patients. Dans cette terre reculée où tout le monde a les ongles noirs et où l’on fait sa toilette quotidienne en quelques secondes avec un peu de neige fondue, les virus et les bactéries ont la vie belle. Pourquoi, au lieu des ravages attendus, y constate-t-on une majorité d’enfants bien portants et de vieillards alertes ? Pourquoi est-ce dans nos hôpitaux aseptisés, et non dans ces petits dispensaires perdus, que décèdent 6 % des patients suite à une infection nosocomiale ? Quelle est cette injustice qui fait que des enfants avec la morve au nez qui sucent leurs mains sales tenant un doudou plein de microbes, apparaissent moins fragiles et maladifs que ceux qui sont abondamment récurés et vaccinés ? Pourquoi les lieux publics, et même les églises, à l’entrée desquelles le gel hydroalcoolique trône désormais à la place de l’eau bénite, apparaissent-ils comme plus inquiétants que ceux où l’eau et le savon sont des raretés ? Certains virus auraient-ils pitié des pays pauvres ? Seraient-ils, comme les démons anciens, incapables d’affecter ceux qui ne croient pas en eux ?

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Je parraine un proche.

Magazine

Pour aller plus loin

Microbiotes

Le microbiote, c’est fini. On parle désormais des microbiotes, c’est-à-dire de l’ensemble colossal de microbes qui nous habitent, nous protègent, nous soignent, nous nourrissent et, parfois, nous attaquent ! Voyage au centre de cet univers incroyable mais vrai : notre corps humain vu sous l’angle des écosystèmes microbiens. 

Pasteur, un imposteur ?

Figure emblématique, Pasteur est considéré en France et à l’étranger comme le père de la médecine scientifique moderne. Grâce à ses découvertes, dont le vaccin contre la rage, il aurait sauvé des millions de vies. Hélas, la vérité historique est tout autre.

Pour nous prémunir du risque de nouvelles pandémies…

« Voir un lien entre la pollution de l’air, la biodiversité et la Covid-19 relève du surréalisme, pas de la science », déclarait Luc Ferry dans L’Express du 30 mars 2020, contredisant ce qu’affirme pourtant la soixantaine de scientifiques du monde entier que Marie-Monique Robin a pu interroger pendant le premier confinement. Son livre La Fabrique des pandémies réunit ces entretiens dans une enquête passionnante qui explique comment la déforestation, l’extension des monocultures, l’élevage industriel et la globalisation favorisent l’émergence et la propagation de nouvelles maladies. Non seulement la pandémie de Sars-CoV-2 était prévisible, mais elle en annonce d’autres.