Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Sclérose en plaques : le régime cétogène très bénéfique

À Berlin, Le Professeur Andreas Michalsen, cardiologue et chef du service de médecine naturelle à l’hôpital Immanuel, avait déjà constaté, il y a plusieurs années, les bienfaits du régime cétogène (et du jeûne) sur la sclérose en plaques. Aujourd’hui, c’est une étude venue des États-Unis, réalisée par l’Université de Virginie, qui vient les confirmer. Ce régime alimentaire consiste à limiter drastiquement les apports de glucides. L’auteur principal de l’étude, le Dr J. Nicholas Brenton, explique que le “régime cétogène, riche en graisses, adapté en protéines et pauvre en glucides, permet au corps d’utiliser les graisses comme principale source d’énergie au lieu des sucres, ce qui imite un état de jeûne”. C’est un peu comme si l’organisme changeait de carburant.

Pour cette étude qui s’est étalée sur 6 mois, les chercheurs ont sélectionné 65 personnes atteintes de sclérose en plaques récurrente-rémittente, forme la plus commune de la maladie et qui se traduit par des poussées entrecoupées de périodes de rémission. Les repas des patients – deux ou trois par jour – se composaient de 100 à 200 g d’aliments riches en protéines (viande, œufs, poisson), de deux à quatre cuillerées à soupe de matières grasses (huile, beurre, avocat…) et d’une à deux tasses de légumes non féculents (concombre, chou-fleur, légumes verts…). Les personnes pouvaient aussi prendre des collations, mais toujours en évitant les apports en glucides (pas plus de 20 g par jour au total). Des tests d’urine quotidiens ont permis de vérifier la bonne observance de ce régime, que plus de quatre participants sur cinq ont suivi jusqu’à la fin. Après 6 mois, les scientifiques ont pu noter que ce régime apportait des bénéfices notables, aussi bien sur la santé physique (des tests de marche montrant une amélioration) que sur la santé mentale (moins de fatigue et de dépression). Par ailleurs, les niveaux de marqueurs de l’inflammation, dans le sang, sont réduits significativement et, cerise sur le gâteau, les participants ont perdu de la masse grasse corporelle.

Le régime cétogène pourrait sans doute bénéficier aussi à de nombreuses personnes touchées par une maladie auto-immune.

Il convient cependant de le suivre en connaissant bien ses spécificités. Il existe des ouvrages complets sur le sujet, rassemblant des conseils pour une mise en pratique sûre. Les chercheurs de l’Université de Virginie indiquent que ce type d’alimentation présente tout de même quelques risques : calculs rénaux, troubles digestifs et carences en nutriments et pour eux, “il est donc important que les patients atteints de sclérose en plaques consultent avant de modifier leur régime alimentaire”, conseillent-ils.

Magazine

Produits

Pour aller plus loin