Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Vaccins et syndrome de Guillain Barré : à surveiller

La vaccination contre le covid-19 peut entraîner certains effets secondaires et, parmi eux, le syndrome de Guillain Barré. Il s’agit d’une maladie neurologique auto-immune survenant habituellement après une infection : le système immunitaire attaque les nerfs périphériques. Elle se manifeste par une faiblesse musculaire et la perte de réflexes.

Rare, la maladie touche normalement plutôt les hommes adultes et on en dénombre en moyenne 1 cas sur 50 000 à 90 000 personnes. Le plus souvent, les malades ne gardent pas de séquelles, heureusement. Mais le pronostic est variable et certaines incapacités motrices perdurent parfois des mois ou des années.

Deux études de cas menées en Inde et en Angleterre ont été récemment publiées dans les Annals of Neurology et signalent, dans des populations vaccinées avec le vaccin AstraZeneca, une multiplication par 10 du nombre de cas de ce syndrome.

La maladie apparaît, en moyenne, entre 10 et 22 jours après la vaccination.

Même si, dans la majorité des cas, le syndrome disparaît de lui-même, il est important d’en repérer les signes au plus tôt (difficultés à manger, avaler ou mâcher, problèmes d’élocution, de vision, sensations de faiblesse ou de picotements dans les jambes ou les bras, paralysie d’un côté du visage…) et les chercheurs qui ont réalisé l’étude appellent les médecins à surveiller l’apparition de ce syndrome neurologique rare, suite à l’administration de vaccins anti-COVID-19.

En effet, s’il doit y avoir un traitement, c’est en phase aiguë de la maladie qu’il prend tout son sens, car c’est quand il est mis en place 7 à 14 jours après l’apparition des symptômes qu’il est le plus efficace.

Pour aller plus loin