Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Vous plantiez ? et bien semez maintenant !!!

Pour obtenir des individus plus résistants, pour le plaisir de les voir naître, apprenez à semer vos arbres...

Lorsque s’approche l’automne, il est d’usage de penser à la plantation d’arbres. Les dictons, tout autant que les étals des jardineries ou les couvertures de magazines, nous y invitent. On oublie parfois que les arbres produisent des graines et se sèment. En effet, nous sommes plutôt coutumiers des arbres déjà bien enracinés et formés, voire d’oliviers âgés de quelques dizaines d’années transplantés dans les villes et les jardins du nord de l’Europe, ou encore d’arbres fruitiers greffés ou non. Pourtant, la magie du semis, de l’attente, de la croissance lente qui se fait au rythme du lieu a toute sa légitimité dans un jardin actuel, l’esprit qui se dégage de ces jardins est souvent différent.

POURQUOI SEMER DES ARBRES ?
> Semer en place des arbres est particulièrement adapté pour les espèces indigènes ou rencontrées localement.
> Semer des arbres et les repiquer est intéressant sur le plan économique si vous êtes patient
> Semer des arbres pour faire de la génétique, pourquoi pas ? Lorsque la fécondation est croisée, c’est-à-dire que le pollen ne vient pas de la même variété, l’embryon aura une identité génétique différente, et dans ce cas le plant issu du semis peut présenter des différences génétiques plus ou moins marquées.
> Semer des arbres est approprié lorsque vous avez une superficie importante à implanter ou une zone difficile d’accès.

QUELS ARBRES SEMER ?
Sans conteste possible, notre préférence va aux espèces indigènes ou à quelques espèces que l’on sait introduites dans la région ; en termes d’éco-bilan et de contribution à la biodiversité locale, il n’y a pas de comparaison possible.

QUE SAVOIR À PROPOS DES GRAINES D’ARBRE ?
Avant de semer, le point majeur à prendre en compte est la dormance qui concerne de nombreuses graines d’arbres. C’est un mécanisme, déclenché par le végétal, qui empêche les graines de germer alors que les conditions climatiques sont pourtant propices. C’est un mécanisme adaptatif complexe qui concourt à la survie des espèces. Il présente une grande variabilité selon les végétaux.
> Ainsi, globalement, en régions froides ou tempérées, la levée de dormance se fera par une exposition au froid hivernal pour une germination au printemps.
> La levée de dormance pour certaines espèces, plutôt les espèces exotiques, se fait avec la chaleur ou avec une alternance de chaleur et de froid.
> La dormance peut être levée aussi par l’eau (trempage) ou des acides (exemple du gui qui ne germe qu’après avoir séjourné dans l’appareil digestif des oiseaux) ou encore par abrasion du tégument.
À l’inverse, certaines graines ont d’autres particularités : faible durée de la capacité de germination, par exemple, il faut donc les semer dès la récolte.

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Magazine

Pour aller plus loin