Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Arnica (Arnica montana)

N’en prélevez jamais plus d’une sur quatre et coupez les tiges avec des ciseaux ou un couteau bien aiguisé, n’arrachez jamais la plante.

CONTRE LES CONTUSIONS, LES ENTORSES, LES DOULEURS MUSCULAIRES ET ARTICULAIRES
Décoction externe :
>
Dans un litre d’eau, ajoutez 10 g de fleurs et portez le tout à ébullition.
> Aux premiers bouillons, stoppez le feu, couvrez et laissez refroidir quelques minutes.
> Filtrez et utilisez encore chaud, à l’aide de compresses, sur les coups et ecchymoses.
Il paraît que cette décoction est aussi efficace, en lotion, pour chasser les poux. À essayer en l’appliquant trois fois par jour.

Huile d’arnica :
> Dans un pot en terre, versez 500 ml d’huile végétale, 250 g de fleurs sèches d’arnica et 750 g de fleurs fraîches.
> Mettez votre pot au soleil, couvrez juste d’une gaze, remuez tous les deux jours et laissez macérer pendant quinze à vingt jours.
> Filtrez, conservez dans une bouteille en verre et utilisez en massages ou à l’aide de compresses.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX MEMBRES

Abonnez-vous pour consulter l’article en intégralité

Magazine

Articles liés

Des recettes naturelles avec la prêle des champs

La prêle des champs, Equisetum arvense, pousse dans les milieux humides et argileux. Contrairement à la prêle des marais (toxique), la prêle des champs a, soit des tiges uniquement terminées par un épi, soit des tiges stériles sans épis mais avec des feuilles. Et ce sont ces tiges feuillues qui apparaissent après les tiges en épis, ces “queues de cheval”, que vous récolterez. Si vous avez des doutes, procurez-vous la plante en herboristerie. La prêle est très riche en silicium, calcium, fer, magnésium, potassium… Elle est reminéralisante, diurétique et cicatrisante, et garantit votre bien-être mais également celui de votre jardin. Les tisanes et autres préparations doivent être prises en interne sur un temps court plusieurs fois dans l’année. Elles sont déconseillées chez les jeunes enfants et les femmes enceintes.

Le liseron (Convolvulus arvensis)

Il n’est point nécessaire de vous décrire les endroits où vous pourrez trouver cette plante. Puisqu’elle a décidé d’envahir notre quotidien, autant s’en servir. En usage médicinal, le liseron est recommandé en cas de constipation liée à une insuffisance hépatique. Toute la plante, racines, tiges et feuilles renferment une résine à l’action purgative.

Le coquelicot (Papaver rhoeas)

Pour notre plus grand bonheur, le coquelicot a recolonisé nos paysages. Utilisé depuis des siècles, il a encore, dans les campagnes, la réputation de soulager les rhumatismes, la toux, les bronchites, les angines et la coqueluche.