Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Au jardin, c’est aussi la trêve des confiseurs !

Un peu de jardinage, un peu de bricolage et de bonnes résolutions pour l’année qui arrive, voilà le programme !

En cette période, le jardin vit au ralenti, c’est l’occasion de ranger, d’entretenir le matériel, de réparer (clôture, muret…) ou d’aménager (châssis, ombrières, côtières). Profitez-en pour continuer à améliorer la structure du sol (apport de matière organique, aération, stimulation de l’activité de la faune du sol…), à adapter les espèces au changement climatique et à préserver la biodiversité.

Au potager

  • Couvrez les terres non argileuses avec un paillis (feuilles mortes, déchets de tonte séchés, copeaux de bois sec). Avant de pailler : griffez la terre, étalez une couche de 3-4 cm de votre compost ou de fumier composté, étalez le paillis sans le “serrer” pour qu’il laisse passer l’eau de pluie.
  • Travaillez les terres fortement argileuses avant l’arrivée du gel : aérez-les sur 15-20 cm au moins, laissez les mottes exposées au gel qui va les fragmenter.
  • Semez en climat doux : chicorée, cresson alénois, épinard, mâche, petits pois, fèves. Accélérez la levée : dix jours avant le semis, couvrez la terre avec du plastique noir ou un paillage sombre.
  • Semez sous abri les salades de printemps, la roquette et, sous abri chauffé, les radis, le cerfeuil musqué, la ciboulette, l’aspérule odorante…
  • Plantez en pleine terre dans toute la France métropolitaine : ail, échalote grise, oignon. En climat doux, plantez des pommes de terre.
  • Protégez les poireaux du gel avec 30 cm de paille, et la mâche avec un tunnel mobile.
  • Récoltez la chicorée, la mâche, les poireaux, les choux de Bruxelles, les choux pommés, les panais. Stockez-les dans un lieu aéré à 6-8 °C. Les choux d’hiver peuvent rester au jardin.

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Magazine

Produits

Sponsorisé

Pour aller plus loin

Les travaux de décembre-janvier

Plus que la température, ce qui importe au jardinier en cette période, c’est la pluie ; celle qui est tombée et celle à venir. En effet, il s’agit à la fois de favoriser l’accumulation d’eau dans les sols pour la saison prochaine et de travailler des terres gorgées d’eau sans provoquer de tassements nuisibles aux futures cultures.