Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Essoufflement récent, un symptôme à prendre au sérieux

Ce n’est pas parce que votre petit compagnon est âgé ou qu’il semble bien le supporter qu’il ne faut pas s’en préoccuper.

Hormis dans les minutes qui suivent un effort physique, il n’est pas normal qu’un animal soit essoufflé.

Il est en surpoids

  • Quel est le problème ? Un chien ou un chat obèse s’essouffle vite et a tendance à restreindre son activité, d’où cercle vicieux : moins il bouge et plus il risque de grossir. Or, prendre du poids augmente ses risques de pathologie cardiaque, de difficultés pour se déplacer, de diabète, etc.
  • Comment agir ? Plutôt que de vous fier à son physique, fiez-vous à la balance et réajustez ses apports alimentaires. En cas de prise de poids brutale (d’un jour à l’autre), sans doute s’agit-il d’un œdème annonçant une atteinte cardiaque ou rénale et c’est une urgence vétérinaire.
  • Quoi faire en prévention ? Si vous stérilisez votre animal, anticipez sa prise de poids en diminuant son apport calorique de 20 % tout en le poussant à garder une activité physique quotidienne. S’il reste sur sa faim, rajoutez des dés de courgettes crues ou cuites (très peu caloriques, mais avec un bon effet coupe-faim), dans la proportion de 100 grammes de courgettes en plus pour 5 grammes de croquettes en moins. Surveillez son poids.

Il a une infection respiratoire

  • Quel est le problème ? Virus et bactéries n’épargnent pas ses voies aériennes, mais en cas d’infection, si essoufflement il y a, il est souvent accompagné d’autres symptômes évocateurs : fièvre (39° ou plus), toux, écoulement nasal, etc.
  • Comment agir ? Consultez sans trop attendre, a fortiori chez un animal fragile (très jeune ou très âgé ou avec une maladie chronique), car une insuffisance respiratoire peut décompenser. Selon le type d’infection, le vétérinaire prescrit des anti-inflammatoires, des anti- biotiques, etc. Dans Soigner son chat naturellement (éd. Mosaïque-Santé), les auteurs, vétérinaires, recommandent l’échinacée sous la forme d’EPS (1 ml par jour en cure de 3 semaines) et/ou de la propolis à raison d’une demi-cuillère à café par jour pendant 15 jours pour un chat. Également utile : la spiruline (1 cuillère à café dans la gamelle, 1 fois par jour pendant 15 jours). Et pour un chien (d’après Soigner son chien naturellement, aux éd. Mosaïque-Santé) : EPS d’échinacée et de pin à parts égales, 2 ml de la préparation par 10 kg de poids corporel, une fois par jour (sans dépasser 5 ml) jusqu’à amélioration.
  • Quoi faire en prévention ? Ne le laissez pas aller au contact d’un animal malade (les infections respiratoires sont contagieuses). Aérez tous les jours au moins quinze minutes et ne fumez pas sous peine de diminuer ses défenses immunitaires locales. En hiver, vous pouvez lui donner des compléments alimentaires pour chats et chiens destinés à stimuler ses défenses : on en trouve dans le commerce à base d’extraits d’échinacée, de thym et/ou de poudre de propolis.

Il a une insuffisance cardiaque avancée

  • Quel est le problème ? Le cœur envoie du sang oxygéné vers les tissus de l’organisme, mais il vieillit au risque de devenir moins efficace, d’abord à l’effort. Conséquence, l’animal se met à tousser, un essoufflement et une fatigue inhabituelle sont aussi au rendez-vous. C’est toutefois plus difficile à détecter chez un chat qui ne fait pas plus d’effort qu’il ne s’en sent capable ! C’est pourquoi une consultation vétérinaire annuelle chez un animal senior est bien utile. S’il a un doute, le vétérinaire demande un bilan cardiaque plus approfondi.
  • Comment agir ? Il existe des traitements pour soutenir le cœur, à donner tous les jours et à vie. En parallèle, il faut surveiller que son animal ne prenne pas de poids sous peine d’augmenter le travail du cœur. Il existe aussi des aliments diététiques moins riches en sel. Les gros efforts ne lui sont plus permis, mais pour éviter la fonte musculaire, c’est important de lui proposer des balades tranquilles quotidiennes, sauf par forte chaleur et jamais en altitude en raison de la raréfaction en oxygène de l’air.
  • Quoi faire en prévention ? En plus du suivi d’un animal senior, protégez-le toute sa vie contre les infections à retentissement cardiaque comme la dirofilariose (maladie des vers du cœur, qui touche principalement les animaux vivant en région méditerranéenne ou en Corse) grâce aux répulsifs, moustiquaires aux fenêtres, etc., pour limiter les risques de piqûres par l’insecte responsable. Empêchez-le aussi de manger des escargots ou des limaces sous peine de contracter une angiostrongylose, due également à des vers qui colonisent le cœur.

Il fait une thrombo-embolie

  • Quel est le problème ? La formation d’un caillot venant boucher une artère est moins fréquente chez l’animal que chez l’humain et doit faire rechercher une maladie cardiaque sous-jacente, surtout chez un chat. C’est l’apparition d’un essoufflement brutal qui doit y faire penser. L’animal est haletant, agité.
  • Comment agir ? C’est une urgence vétérinaire car il existe un risque de mort subite si le caillot obstrue complètement l’artère. L’animal est mis sous oxygène et des traitements pour dissoudre le caillot sont tentés, mais avec des résultats mitigés.
  • Quoi faire en prévention ? Au vu du mauvais pronostic de cette affection, mieux vaut agir en prévention (dans la mesure du possible), en repérant et en traitant une éventuelle maladie cardiaque en amont, en recherchant et en traitant un éventuel trouble de la coagulation s’il y a un facteur de risque comme une sécrétion excessive de cortisol, par exemple.

Toujours essoufflé ?
Encore trop d’animaux à museau plat (brachycéphales) présentent des malformations de leurs voies aériennes responsables de troubles respiratoires depuis leur naissance. Un avis vétérinaire est toujours utile car certains doivent être opérés avant que ces malformations n’impactent d’autres organes vitaux comme le cœur.

Nos infos en plus
Mini risque. Bonne nouvelle pour celles et ceux qui s’inquiètent d’une anesthésie générale chez leur chien. Le risque de mortalité est très faible : 0,14 % et même 0,009 % si c’est pour stériliser un jeune chien (Le Point Vétérinaire).
Bonjour Felis silvestris silvestris ! Ce gros chat sauvage forestier, génétiquement différent du chat domestique, serait présent dans les Pyrénées et en Lorraine, mais il est difficile à voir car il fuit l’humain.
Ingénieux vétérinaire. Après le Pipolino®, distributeur de croquettes pour chat qui le pousse à bouger, son inventeur s’est penché sur le sort des chiens qui tirent trop en laisse. Il a inventé le Yoyolino® qui permet de sortir son (grand) chien sans aucun effort et sans risque de lui faire mal : s’il tente de tirer, ses antérieurs sont gênés pour avancer. Un petit bruit le prévient en amont pour le conditionner. Sans pile ni batterie. Sans stress. C’est magique ! Environ 35 € sur fr.pipolino.com.

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Magazine

Produits

Sponsorisé

Pour aller plus loin