Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Le syndrome de Goujerot-Sjögren (SGS)

Encore appelé maladie des " yeux secs " ou syndrome sec, le syndrome de Goujerot-Sjögren touche environ 2 à 5 personnes sur 1000. Cette maladie se signale surtout par une pauvreté des sécrétions oculaires et buccales.

Le syndrome de Goujerot-Sjögren, ou SGS, fait partie des maladies dites ” de système “, comme le lupus érythémateux disséminé, la sclérodermie ou encore la polyarthrite rhumatoïde auxquelles il peut être d’ailleurs associé ou leur succéder. D’autres maladies auto-immunes (hépatites, thyroïdites…) peuvent également lui être associées. C’est une maladie inflammatoire chronique. Le SGS se manifeste par une sécheresse oculaire et buccale. Le risque de cette sécheresse est de favoriser les infections. La bouche est sèche. La déglutition est rendue difficile, d’autant plus que la langue est fissurée et douloureuse. Le SGS affecte aussi les dents et les gencives. La sécheresse touche également les muqueuses génitales. La fatigue et la dépression sont souvent présents. Cette maladie concerne la peau, les poumons, les reins et surtout les organes lymphoïdes. Dans ce dernier cas, la survenue d’un lymphome est toujours à craindre. Une surveillance régulière est donc nécessaire. Une biopsie des glandes salivaires associée à la mise en évidence du syndrome inflammatoire par un examen de sang permettent d’affirmer le diagnostic.

On peut traiter les symptômes par des corticoïdes, des sialagogues, c’est-à-dire des médicaments favorisant la production de salive et des larmes artificielles que l’on dépose régulièrement dans les yeux. Une bonne hygiène dentaire est indispensable.

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Je parraine un proche.

Pour aller plus loin

Microbiotes

Le microbiote, c’est fini. On parle désormais des microbiotes, c’est-à-dire de l’ensemble colossal de microbes qui nous habitent, nous protègent, nous soignent, nous nourrissent et, parfois, nous attaquent ! Voyage au centre de cet univers incroyable mais vrai : notre corps humain vu sous l’angle des écosystèmes microbiens. 

Pour nous prémunir du risque de nouvelles pandémies…

« Voir un lien entre la pollution de l’air, la biodiversité et la Covid-19 relève du surréalisme, pas de la science », déclarait Luc Ferry dans L’Express du 30 mars 2020, contredisant ce qu’affirme pourtant la soixantaine de scientifiques du monde entier que Marie-Monique Robin a pu interroger pendant le premier confinement. Son livre La Fabrique des pandémies réunit ces entretiens dans une enquête passionnante qui explique comment la déforestation, l’extension des monocultures, l’élevage industriel et la globalisation favorisent l’émergence et la propagation de nouvelles maladies. Non seulement la pandémie de Sars-CoV-2 était prévisible, mais elle en annonce d’autres.