Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Le Tilleul commun

J'ai descendu dans mon jardin…

… et j’ai plaqué mon œil sur la fente large comme deux pouces de l’écorce rugueuse du vieil arbre. C’est que je voudrais bien savoir si la nymphe Philyra s’y trouve. Je ne comprends pas pourquoi cette Océanide a voulu être transformée en arbre après la naissance de son fils, mi-homme mi-cheval, fruit de son accouplement avec Cronos, roi des Titans, métamorphosé un instant en étalon afin d’échapper au courroux de Rhéa son épouse.

Comment fait-on pour s’infliger l’immobilité quand on est une nymphe des eaux fraîches ? Son vœu était-il justifié par la honte d’avoir enfanté un centaure, créature dite monstrueuse, ou bien était-ce par pure mortification ? Son fils fut nourri d’un lait maternel végétal et l’on dit que c’est peut-être cela qui a permis à cet enfant « difforme » de devenir un être de savoir, Chiron le sage, Chiron le guérisseur, un fin connaisseur de la nature. Philyra, une nymphe, un arbre… le tilleul commun.

  • Nom commun : Tilleul commun.
  • Genre et espèce : Tilia x europaea ou T. x intermedia.
  • Famille : MALVACEAE : arbres, arbustes, herbacées ; feuilles alternes stipulées souvent couvertes de poils ; fleurs à 5 sépales et 5 pétales ; fruit : akènes, capsules ou baies.
  • Hauteur : 20 à 40 m.
  • Origine : Europe.
  • Floraison : juin-juillet.

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Magazine

Pour aller plus loin

Prunellier

Dans les fourrés épais qui forment des haies, là où les oiseaux aiment nicher au milieu des rameaux acérés, une multitude de petites fleurs blanches s’épanouissent sur des arbrisseaux encore nus.

Le poirier

Duchesse, Comtesse ou Louise-Bonne,
Mes filles séduisent les palais délicats.
Mais elles peuvent aussi être Beurré, Curé ou complètement blettes.

Le Baobab d’Afrique

« Dans cette brousse de Namibie 
Colosse aux pieds éléphantesques
Acceptes-tu ma présence              
Dans tes creux et tes monts.
Oh Vénérable arbre séculaire,
Mémoire de cette terre,
J’ai tant à apprendre de toi ».