Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Les 10 bons gestes détox spécial immunité

On le sait, les vitamines C et D, le fer, le zinc, l’échinacée, les huiles essentielles antivirales et antibactériennes (ravintsara, saro, pin, épinette, giroflier, laurier noble…) sont de bonnes armes antimicrobes. Mais avant de vous équiper en munitions, commencez par la base : cessez d’intoxiquer votre système immunitaire ! Ainsi, vous aurez un terrain fort, des barrières mécaniques et chimiques opérationnelles, ce qui vous évitera de recourir aux forces armées. Détoxifier son organisme est le premier geste pour renforcer son immunité. Pourtant, on n’en parle jamais, probablement parce que ça ne coûte rien et que ça paraît “trop simple” ! Or, ce n’est pas parce qu’on ne vit pas sous un échangeur d’autoroute qu’on est épargné par les polluants. Tous autant que nous sommes, nous hébergeons des résidus de pollution dans le sang, dans les graisses, dans le corps. Jusqu’aux bébés, qui ont même 10 fois plus de micro-plastiques dans leurs selles que les adultes, soit 36 000 nanogrammes de polytéréphtalate d’éthylène (PET) par gramme de matières fécales. Or, si nos organes d’élimination sont encrassés, si des microplastiques viennent perturber nos hormones, si notre digestion réclame l’essentiel de notre énergie et si des polluants bloquent les récepteurs de notre “dialogue interne” immunitaire, la maladie n’est pas loin.

Nos conseils pour ne plus intoxiquer ses défenses

1. Lavez-vous les mains à l’eau et au savon et évitez les produits “sans savon”

La base. 80 % des maladies (respiratoires, digestives…) se transmettent avec les mains. Il suffit de les laver – correctement : partout, entre les doigts, sous les ongles –, et soigneusement pendant au moins 30 secondes, dès qu’on revient de “dehors”, avant de manger et après être allé aux toilettes pour quasi éliminer notre exposition aux microbes ! L’eau + le savon sont des armes hyper efficaces car ils détruisent la membrane des virus. Huiles nettoyantes, huiles de douche, gels nettoyants anti-bactériens et autres “alternatives” sont bien moins efficaces que le savon. Pire, les gels antiseptiques : ils ne lavent rien, ils tuent les virus une fois les surfaces et mains nettoyées, tout en détruisant la flore cutanée protectrice. Possible : les gels antibactériens aux huiles essentielles, mais seulement quand il n’y a pas de point d’eau à disposition (pour se laver à l’eau et au savon, donc).

2. Fuyez les polluants

Alcool, tabac, microplastiques (biberon, bouteille d’eau…), additifs alimentaires (produits hyper-industrialisés), perturbateurs endocriniens (aliments, cosmétiques, vêtements, objets, bricolage…), tous contribuent à perturber nos microbiotes – flores intestinale, pulmonaire, génitale, cutanée – et à gripper notre réponse immunitaire.

3. Respectez votre corps – Le B.a.-Ba

Le trio alimentation saine + gestion du stress (sommeil correct et lutte contre la fatigue physique, mentale et émotionnelle) + activité physique quotidienne sont les piliers d’une bonne immunité. “Banal” mais pourtant indispensable à corriger si nécessaire, car chacun augmente le niveau de lymphocytes T, nos globules blancs.

4. Lavez-vous les fosses nasales

L’intérieur des narines est tapissé de poils et de mucus qui retiennent les impuretés et les microbes. Encore faut-il les éliminer. L’usage de sprays d’eau de mer ou de sérum physiologique suivi d’un mouchage doux constitue une hygiène lnocale quotidienne protectrice.

5. Soutenez votre lymphe

Le système lymphatique est notre système de fret, celui qui évacue nos déchets pour faire place nette partout (foie, intestins, cerveau…) et permettre à notre immunité de fonctionner normalement. Quand nos poubelles débordent, on gonfle, on prend du poids, on stocke, on ralentit, on patauge dans le brouillard, et on attrape tous les microbes qui passent. Ayez une vie quotidienne la plus “propre” possible : alimentation bio à base de produits bruts et simples, produits cosmétiques et ménagers naturels, activité physique en extérieur, transpiration régulière (sauna, sport…), marche et/ou massage/automassage… Faites-la circuler, cette lymphe, juste en dessous de votre peau, en bougeant vous-même !

6. Ne vous “dopez” pas en permanence

Il y a un malentendu : on ne veut pas renforcer son immunité, on veut l’équilibrer. L’idéal étant d’en avoir ni trop (pour ne pas se défendre contre des ennemis qui n’en sont pas, genre pollens, ou contre ses propres cellules – maladies auto-immunes), ni trop peu (on se défend mal contre les microbes). Normalement, elle se débrouille seule. C’est en cas de surmenage, de soucis, de faiblesse flagrante (herpès, aphtes, rhumes répétés…) qu’il faut lui donner un coup de main.

7. Faites-vous confiance

Il y a un autre malentendu : nez qui coule, fièvre, toux, on râle parce qu’on a “encore attrapé quelque chose”, qu’on a “une immunité faible”. Alors que c’est l’inverse : elle est à l’œuvre, et ces symptômes en sont la preuve ! Ce qui est suspect, c’est de se sentir en permanence fatigué, et de devoir recourir à plusieurs traitements antibiotiques, ou à base d’huiles essentielles costaudes, type origan/cannelle, plusieurs fois dans l’année.

8. Aidez vos émonctoires

Peau, reins, intestins, poumons : vos organes d’élimination rejettent sans relâche un maximum de toxiques, via l’urine, la sueur, les selles, l’air expiré. À condition de leur en donner la possibilité en se lavant, en buvant de l’eau, en consommant beaucoup de fibres, en marchant suffisamment et en faisant du sport (à l’air libre).

9. Consommez chaque jour des aliments fermentés

Yaourts, choucroute, jus de betterave lacto-fermenté… Une étude clinique récente conclut qu’ils accroissent la diversité des bactéries dans l’intestin. Or, plus la flore est diversifiée, mieux elle nous protège des maladies, du surpoids, des troubles métaboliques. En outre, les aliments fermentés réduisent les marqueurs de l’inflammation, très élevés chez les patients atteints de maladies auto-immunes telles que la polyarthrite rhumatoïde, le diabète de type 2… Plus largement, adoptez une alimentation à index glycémique bas (qui ne fait pas grimper la glycémie), antioxydante et riche en fibres (fruits, légumes, noix, légumineuses).

10. Ne vous laissez pas déborder par la fatigue

Quand on est vidé, tout en dormant mal ou peu, vitamines B, fer, magnésium et gelée royale sont de bonnes aides. Au contraire, si c’est plutôt le corps qui ne suit pas, un peu de caféine (thé, guarana, maté…) procurera le coup de fouet nécessaire, mais à éviter si vous êtes du genre angoissé, nerveux ou insomniaque. Enfin, pensez à l’éleuthérocoque, plante adaptogène admirable, si vous devez vous adapter à une nouvelle vie (professionnelle, affective, déménagement…).

Magazine

Produit

Articles liés

Immunité…

Notre immunité dépend d’un grand nombre de paramètres – alimentation, sommeil, environnement… –, mais l’activité physique pourrait bien en être l’un de ses soutiens majeurs.