Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Maladie de Lyme : un véritable espoir !

La maladie de Lyme, appelée aussi borréliose de Lyme, est une maladie transmise par les tiques en pleine expansion dans de nombreux territoires. On estime à environ 50 000 le nombre de personnes contaminées chaque année en France. La maladie est due à une bactérie, la borrelia. Elle se manifeste par divers symptômes : éruptions cutanées, fatigue, douleurs articulaires et musculaires, maux de tête, fièvre… Jusqu’à présent, quand elle est diagnostiquée, on donne aux patients un traitement antibiotique à large spectre (amoxicilline ou doxycycline) à prendre sur une longue durée. Mais, ainsi traitée, même à ses débuts, la maladie continue à progresser dans 10 à 20 % des cas. Par ailleurs, au long cours, ces traitements attaquent la flore intestinale. La bonne nouvelle, c’est que des chercheurs de l’université Northeastern aux États-Unis pensent avoir enfin déniché le traitement efficace : un antibiotique, l’hygromycine A. Cet antibiotique a été découvert en 1953 et fut vite abandonné car il était inactif sur la plupart des bactéries. Mais voilà, il est exceptionnellement efficace sur une catégorie de bactéries : les spirochètes. Et la borrelia en est une ! Mieux, cet antibiotique soigne l’infection sans altérer la flore intestinale. Même à très forte dose, l’hygromycine A, utilisée sur des souris, “ne présente aucun signe de toxicité” selon Kim Lewis, l’un des principaux auteurs de l’étude publiée dans la revue Cell.

Les chercheurs voient plus loin que le seul traitement des malades, puisqu’ils imaginent aussi donner des appâts contenant le fameux antibiotique aux rongeurs dans les zones les plus infestées de tiques, ceci afin d’éradiquer complètement la borrelia. Dans la mesure où cet antibiotique est très ciblé, ils estiment qu’il ne présenterait pas de risque important de créer une résistance aux antibiotiques. Vivement les essais cliniques, en espérant qu’ils deviennent une vraie priorité.

Avec le vieux suppo au clofoctol, on soignera peut-être enfin un jour le covid et avec la vieille hygromycine A, souhaitons qu’on ait rapidement une solution pour éradiquer la maladie de Lyme.

Magazine

Pour aller plus loin

Pour nous prémunir du risque de nouvelles pandémies…

« Voir un lien entre la pollution de l’air, la biodiversité et la Covid-19 relève du surréalisme, pas de la science », déclarait Luc Ferry dans L’Express du 30 mars 2020, contredisant ce qu’affirme pourtant la soixantaine de scientifiques du monde entier que Marie-Monique Robin a pu interroger pendant le premier confinement. Son livre La Fabrique des pandémies réunit ces entretiens dans une enquête passionnante qui explique comment la déforestation, l’extension des monocultures, l’élevage industriel et la globalisation favorisent l’émergence et la propagation de nouvelles maladies. Non seulement la pandémie de Sars-CoV-2 était prévisible, mais elle en annonce d’autres.

Le renouveau de la phagothérapie

Nous fêtons cette année le centenaire de la découverte des virus capables de détruire les bactéries, appelés bactériophages par un médecin français, Félix d’Hérelle, qui les a isolés en 1917. À l’heure où les antibiotiques ne suffisent plus à guérir les maladies infectieuses, l’utilisation ancienne de ces virus est remise au goût du jour par des médecins et des microbiologistes dans le cadre de la phagothérapie.