Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Ostéoporose et vitamine D

Didier Le Bail, notre spécialiste de la vitamine D, a repéré un courrier électronique très intéressant sur le site d’un médecin canadien. Il en livre ici la teneur et nous donne brièvement son avis sur le sujet.

Message posté par Danièle

sur le site du Dr Jean-Yves DIONNE (Canada)

Merci pour tous vos articles documentés. Vous nous offrez une précieuse source d’information – surtout pour nous les Français qui ne disposons pas d’articles aussi fiables sur le réseau français…
Votre article sur l’ostéoporose résume parfaitement ce que j’ai fini par penser au sujet de l’ostéoporose : se prendre soi-même en charge pour améliorer son tonus, son équilibre, sa coordination, etc.
J’ai fait ma première densitométrie à 57 ans. Diagnostic : ostéopénie. Le rhumatologue me dit d’en refaire une “dans 7 ans !!!!”.
Je ne me tracasse pas et commence à profiter de ma retraite pour renforcer mon loisir préféré : la randonnée.
Au fil des années suivantes, ma gynéco veut que je refasse une densito, je traîne un peu la “patte” car, à l’époque, ce n’était pas remboursé. Je fais mine d’oublier…
4 ans après la première densito, en 2008, j’accepte d’en refaire une (dans la même clinique – donc avec la même machine). Le verdict tombe : ostéoporose ! T-score à moins 2,7.
Le rhumatologue essaie de me faire peur et charge ma gynéco de mettre la “grosse artillerie” en marche. Quand je vais la voir, elle me dit : “Vous allez prendre le traitement ?” Je lui réponds que non (à l’époque, je ne connaissais pas la perversité de ces traitements, mais mon bon sens m’a toujours interdit de faire trop confiance aux médicaments). Alors, elle décide de vérifier mon taux de vitamine D (jusque là, aucun médecin ne s’en était préoccupé ! j’étais bien sûr en déficit – à peine 20 ng/ml).
Elle me prescrit 3 ampoules de vitamine D pour l’année — les uvédoses à 100 000 UI – et on prévoit une densito pour un an après pour voir si ça s’est amélioré.
Pas très tranquille quand même, je décide de bouger encore plus — je participe à un peu plus de cours de gym et je marche plus.
Un an après, densito avec le même rhumatologue.
Dès qu’il prend mon dossier, il me demande quel traitement a été mis en place. Je dois lui avouer que je n’ai pris que de la vitamine D — évidemment, il n’est pas content, commence à me sermonner – puis il fait le contrôle et, là, je l’entends dire : “Je n’en reviens pas, je n’en reviens pas…”
J’étais remontée à un T-score de moins 1,3 qu’il a défini comme ostéopénie.
Ma gynéco refait un contrôle de ma vitamine D – je suis toujours dans les 20 ng. Alors, elle me dit que de plus en plus d’études confirment l’intérêt de la vitamine D. Du coup, elle me prescrit 6 ampoules de
100 000 UI pour l’année !
Bilan cette année après la prise des 6 ampoules : je suis à 26 ng/ml.
Alors là, je vois intérieurement un peu rouge et je fouine sur le net pour trouver une alternative à ces ampoules dont je n’assimile pas la vitamine D.
Je trouve plein d’infos sur votre site — MERCI — et sur le blog de Didier LE BAIL et concours de circonstances, lors d’une rando, j’en discute avec une randonneuse dont le corps n’arrivait pas à assimiler la vit D sous les formes pharmaceutiques traditionnelles et qui avait vu son taux remonter à un niveau correct grâce à un complément alimentaire conseillé par Didier Le BAIL >> le Bio–D–Mulsion de chez Energetica Natura.
Du coup, je viens de dire à ma gynéco que je vais prendre le Bio–D-Mulsion. Elle a tiqué quand je lui ai dit que j’allais prendre 7 gouttes soit 2800 UI par jour. Elle a dit que c’était beaucoup trop !!!
J’ai tenu bon grâce aux repères que j’ai trouvé dans vos billets, Mr Dionne ! Et je lui ai dit que je serai même sûrement un peu juste avec ces 2800 UI !
Mais le comble, c’est que si je n’avais pas opté pour ce Bio–D-Mulsion, elle m’aurait supplémentée – toujours avec les uvédoses dosées à 100 000 UI à raison de 2 par mois en hiver – et m’aurait prescrit une moyenne de 6666 UI par jour !
Dans la conversation, je lui ai dit que j’aimerais arriver à 60 ng/ml. Elle s’est écriée que c’est beaucoup trop, qu’il faut être à 50 ng/ml CAR à 60 ng/ml , la vitamine D DETRUIRAIT MON OS ! Que pensez-vous de cet argument ?
Mon post était un peu long, mais je voulais vous montrer combien parfois en France on traite bizarrement les problèmes d’ostéoporose !
Autrement, je me suis achetée il y a 6 mois un truc que je trouve fabuleux pour faire de l’exercice et gagner en équilibre, tout en se faisant plaisir et sans complications ! Je vous le recommande, c’est un trampoline de très haute qualité, un trampoline à bandes élastiques très respectueux des articulations. Si vous ne connaissez pas, allez voir le site du constructeur www.bellicon.com.
J’adore mon bellicon – j’en fais tous les jours – et mes petits enfants l’adorent aussi ! »

Réponse de Jean-Yves DIONNE :

Merci Danièle pour votre éloquent témoignage.
La réalité est similaire ici. Le discours émotionnel abonde et l’information est rare. Bref, vos dosages de vitamine D sont tout à fait justes. »
www.jydionne.com

L’avis de Didier Le Bail

Une prise quotidienne raisonnable de vitamine D (sous forme de gouttes) est préférable à une prise massive ponctuelle (sous forme d’ampoules). Un exemple flagrant, celui de cette étude où l’on a recensé, comparativement au groupe placebo, davantage de chutes et de fractures dans le groupe de femmes âgées ayant reçu une fois par an pendant 3 ans une mégadose de 500 000 UI de vitamine D ! Le simple fait que cette étude ait vu le jour témoigne d’une vision mécaniste du corps humain, un peu comme s’il y avait une case vitamine D à remplir quelque part dans l’organisme et qu’il suffisait de faire “le plein” pour être tranquille un bon moment… »

Magazine

Sponsorisé

Pour aller plus loin