Rebelle-Santé N° 157 (épuisé / disponible en pdf)

2,00 

Juillet – Août 2013

Dans ce numéros :

Santé des végétaux : la musique pour les plantes.
Autres regards : chimiothérapie, comprendre le ressenti du malade.
Cosmétiques : les nanos arrivent sur les étiquettes.
Pharmacie nature : le sevrage tabagique.
La médecine anthroposophique.
Agroécologie : graine d’espoir en Haïti.
Marcher pieds nus dans la nature.
Massages aromatiques : les hémorroïdes.
Nutrithérapie : la ronde des saisons «L’été», soignez votre cœur.
Et toutes vos rubriques habituelles…

Et dans le Petit Journal : Les portables, attention danger…

-
+

Spécifications

UGS : Choisir un format ci-dessus Rubrique :

Balance bénéfices/risques

Au moment où j’écris cet édito, le médicament Baclofène vient d’obtenir une reconnaissance comme traitement de l’alcoolisme et une autorisation provisoire (pour 3 ans) de prescriptionpour cette pathologie… Les vertus de ce myorelaxant (un remède pour décontracter les muscles) en cas d’addiction sont maintenant connues depuis plusieurs années. Pourtant, il a fallu que des médecins se battent pour obtenir le droit de l’utiliser dans cette indication. Car, pour que leremède ait son effet, il faut en prescrire des doses supérieures à la normale, des doses variables d’une personne à l’autre, ajustables pour atteindre cette indifférence à l’alcool si précieuse quand il s’agit de sevrage. Alors évidemment, c’est un médicament chimique et il peut avoir des effets secondaires, surtout au début du traitement : somnolence, nausées… C’est ici qu’entre en jeu le rapport bénéfices/risques : l’alcoolisme fait des ravages et il existe un remède efficace* avec, si l’on en croit les quarante années d’utilisation de ce médicament pour calmer les muscles, très peu d’effets secondaires. La balance semble pencher nettement en faveur des bénéfices…

Or, il faut savoir que jusqu’à la reconnaissance officielle de l’indication du Baclofène en cas d’alcoolisme — c’est-à-dire une Autorisation de Mise sur le Marché dans cette indication — le médecin qui le prescrivait à cet usage (ce qui est facilement repérable par les médecins-conseils de la Sécurité Sociale puisque les doses sont différentes de celles employées pour soigner les troubles musculaires) était dans l’illégalité et prenait le risque d’un rappelà l’ordre.

Comment comprendre que les pouvoirs publics aient mis près de 10 ans pour reconnaître l’efficacité du traitement ? C’est là qu’entrent en jeu d’autres bénéfices sans doute… Plus sonnants et trébuchants. Sans faire de paranoïa,on peut se demander à qui profite l’alcoolisme ? Chaque année, les taxes sur les boissons alcooliques rapportent 2,5 milliards d’euros à l’État. Il serait intéressant de prendre le risque de calculer combien coûte l’alcoolisme à la Sécurité Sociale… Car, en prenant un peu de recul et en regardant à moyen et long terme, la balance « économique » finirait sans doute elle aussi par pencher en faveur d’un traitement efficace. Dommage qu’on ne puisse pas simplement mettre en avant le bénéfice « humain » qui pèse si peu dans la balance quand il joue contrecertains risques financiers…

Profitez de l’été pour vous reconnecter à la bonne vieille terre (lisez vite l’article de Murielle ) et, si vous avez autour de vous des personnes qui sont en chimio et qui ne pratiquent pas de mini-jeûnes en accompagnement parce qu’ils ne connaissent pas les travaux de Valter Longo (voir le N° 129), découvrez Chimiofolies. Dans ce très beau livre, Anne Matalon donne bien des clés pour comprendre ce que peut ressentir un maladeaux prises avec ces traitements. Et c’est aussi un livre à lire simplement pour ses qualités littéraires, à mettre doncentre toutes les mains…

Je vous souhaite un très bel été.

* Révélé par Olivier Ameisen, ancien alcoolique qui a décrit son expérience datant de 2004 dans un livre devenu un best-seller : Le dernier verre.

Corps-esprit

Alimentation santé

Flore

Connaître les animaux

Conso'action

Cosméto

Courriers

En bref

Environnement

Examens

Fait-maison

Homéopathie

Aliments, épices

Jardin bio

Nutrithérapie

Pathologies

Phyto aroma

Recettes de cuisine

Réflexo, massages

Société

Thérapies naturelles

Trucs

Urgences