Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Pour soulager la toux…

... des recettes naturelles

«Ton thé t’a-t-il ôté ta toux, disait la tortue au tatou. Mais pas du tout, dit le tatou, mais pas du tout, Je tousse tant que l’on m’entend, de Tahiti à Tombouctou ».

 

En ce mois d’octobre, il est urgent de sortir vos parapluies pour vous protéger de tous les postillons crachouillés alentour. Beaucoup oublient de mettre un mouchoir devant leur bouche lorsqu’une quinte de toux les submerge. Et si vous êtes pris, vous aussi, d’une expectoration indescriptible, attention à vos proches. Cette toux qui envahit l’espace sonore est un symptôme qui permet au système respiratoire de rejeter à l’extérieur les sécrétions qui l’encombrent. De la simple irritation de la gorge au rejet de mucosités plus ou moins grasses, le tableau n’est pas très alléchant. Si vous êtes fumeur, asthmatique, allergique ou si vous souffrez d’un reflux gastro-œsophagien, votre toux est certainement chronique et il vous faut adoucir cette gorge sans cesse irritée. Si vous avez pris froid et que votre nez coule, stimulez les défenses de votre organisme tout en soignant cette gorge qui brûle. Au bout de trois jours, dans le cas où vous ne verriez pas d’amélioration, consultez votre médecin.

Soulagez votre gorge  

La guimauve : Althaea officinalis

Rien de tel que la guimauve pour apaiser les irritations de la gorge. Ses vertus sont connues depuis l’Antiquité. Tout, chez la guimau­ve, est adoucissant, la fleur, les feuilles et la racine.
Infusion de feuilles et de fleurs : jetez une grosse poignée ou trois cuillerées à soupe dans un litre d’eau bouillante. Couvrez, laissez reposer un quart d’heure, filtrez, sucrez et buvez trois tasses dans la journée.
Décoction de racines : dans un litre d’eau froide, ajoutez trois cuillerées à soupe de racines et portez à ébullition. Laissez cuire à petits bouillons pendant dix minutes. Filtrez, ajoutez une cuillerée à café de miel et buvez deux à trois tasses par jour.
Macération : dans un litre d’eau froide, faites macérer 20 g de racines coupées en petits morceaux pendant toute la nuit. Ensuite, chauffez à feu doux jusqu’à 50°. Filtrez et buvez trois tasses dans la journée en sucrant avec du miel.
Si vous n’avez pas de guimauve, vous pouvez la remplacer par de la rose trémière, l’Alcea rosea.

et le miel

Anti-bactérien, anti-inflammatoire et antioxydant, le miel est un bienfait qu’il n’est plus besoin de présenter.

Dynamisez vos défenses naturelles

L’échinacée : echinacea purpurea

Vous possédez peut-être cette plante herbacée aux capitules rouges dans vos parterres de fleurs car elle se cultive facilement dans nos jardins.
La teinture-mère est souvent employée lors d’agressions bactériennes ou virales à raison de trois fois 20 gouttes par jour, à diluer dans un demi-verre d’eau (la moitié pour un enfant de 6 à 12 ans et un quart de 3 à 6 ans).

L’églantier : rosa canina

*

Riche en vitamines C, A, B1, B2, PP et K, ce rosier sauvage est un véritable cocktail dynamisant. Sans contre-indication, il est idéal pour les enfants. Les posologies sont à adapter suivant les âges : de 7 à 12 ans, divisez les doses par deux et pour les moins de 7 ans par quatre. Évitez les tisanes pour les enfants de moins d’un an.
Décoction : dans un litre d’eau, jetez 30 à 50 g de fruits secs et concassés. Portez à ébullition, maintenez à petits bouillons cinq minutes, laissez infuser hors du feu dix minutes, filtrez et buvez de deux à trois tasses par jour pendant cinq à dix jours maximum.

Pendant la période hivernale, en préventif, faites pendant dix jours par mois, une petite cure de tisane d’échinacée ou d’églantier.

Favorisez l’expectoration

Afin de calmer votre toux, il faut faciliter l’évacuation des mucosités. Il vaut mieux y associer un fluidifiant qui favorisera l’expectoration. Deux à trois tasses par jour pendant trois jours suffiront, et si votre toux s’accentue, limitez à une tasse le matin et une autre le midi.

L’ail : allium sativum

Il est antiseptique et expectorant. Faites bouillir deux ou trois gousses d’ail écrasées dans l’équivalent d’un verre d’eau ou de lait. Filtrez, ajoutez une cuillerée à café de miel. Vous pouvez ajouter de la menthe (fluidifiante) hors du feu, infusée dix minutes, afin d’améliorer le goût.

La figue : ficus carica

Anti-inflammatoire, adoucissante et expectorante, délicieuse, cette décoction ravit grands et petits. Faites bouillir 80 g de figues sèches dans un litre d’eau ou de lait pendant une dizaine de minutes. Filtrez et buvez tel quel.

Pour un effet anti-infectieux

Le thym : thymus vulgaris

Antiseptique, le thym prévient, apaise, soigne la toux et lutte contre les infections respiratoires. Cependant, il n’est pas indiqué chez les femmes enceintes ou allaitantes et il peut parfois être un peu irritant pour l’estomac, mieux vaut alors l’associer à la guimauve.
Décoction-infusion : dans un litre d’eau froide, versez deux cuillerées à soupe de racine de guimauve et portez le tout à ébullition. Aux premiers bouillons, retirez du feu, ajoutez 20 à 30 g de sommités fleuries de thym, couvrez et laissez infuser dix minutes. Sucrez avec du miel et buvez trois ou quatre tasses par jour.

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Magazine

Pour aller plus loin

Des recettes naturelles avec la prêle des champs

La prêle des champs, Equisetum arvense, pousse dans les milieux humides et argileux. Contrairement à la prêle des marais (toxique), la prêle des champs a, soit des tiges uniquement terminées par un épi, soit des tiges stériles sans épis mais avec des feuilles. Et ce sont ces tiges feuillues qui apparaissent après les tiges en épis, ces “queues de cheval”, que vous récolterez. Si vous avez des doutes, procurez-vous la plante en herboristerie. La prêle est très riche en silicium, calcium, fer, magnésium, potassium… Elle est reminéralisante, diurétique et cicatrisante, et garantit votre bien-être mais également celui de votre jardin. Les tisanes et autres préparations doivent être prises en interne sur un temps court plusieurs fois dans l’année. Elles sont déconseillées chez les jeunes enfants et les femmes enceintes.

Des recettes naturelles avec le pin

“Vent frais, vent du matin, vent qui souffle aux sommets des grands pins…” Mais de quel pin s’agit-il car il en existe de nombreuses espèces, selon les sols et les climats. En phytothérapie, c’est principalement le pin sylvestre, Pinus sylvestris, surnommé pin sauvage ou pin d’Écosse, que l’on emploie, mais tous ont des propriétés proches.

Le Tussilage (Tussilago farfara)

Cette plante, appelée aussi « chasse-toux » et « pas d’âne », est une plante médicinale qui a fini par tomber dans les oubliettes. Elle est pourtant très efficace en cas de grippe, refroidissement, asthme, bronchite, toux diverses et enrouement. Les fleurs ont une action calmante et adoucissante ainsi qu’expectorante.