Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Secrets de jeunesse des aliments du placard

Riz, vinaigre, huile, thon en boîte, sauce tomate, chocolat, café, bâtons de cannelle, lentilles, miel… Nos conseils détox et antigaspi pour augmenter leur longévité et préserver leur saveur.

Dans les romans et films de “fin du monde”, on trouve toujours des rescapés qui sillonnent le pays (peu importe lequel) en pillant le garde-manger des particuliers, dévorant durant des mois voire des années des boîtes, des bocaux, du sucre… Un scénario parfaitement plausible puisque, contrairement aux produits frais dotés d’une date limite de consommation (DLC), à respecter en raison du risque de développement bactérien, les produits secs, dits d’épicerie ou du placard, supportent mieux le temps qui passe. Parmi eux, pour tous les produits “maison” comme le vinaigre, les confitures, les conserves de légumes ou le miel, nos grands-mères ne s’embarrassaient guère de ces histoires de “dates limites”. Dans le commerce, la plupart ont une DDM (date de durabilité minimale) – elle a remplacé en 2015 la date limite d’utilisation optimale (DLUO) “à consommer de préférence avant…”. Bref : presque tous ces aliments peuvent être dégustés quasiment sans limitation de durée, en tout cas sur le plan de la “sécurité alimentaire”. En revanche, au fil du temps, ils risquent une altération sensorielle (goût, texture…) ou nutritionnelle (perte de vitamines). Alors comment faire pour les conserver au mieux et les garder ainsi au top de leur forme, couleur, texture et parfum compris ?

Les 5 ennemis : humidité, chaleur, lumière, bestioles, temps qui passe

Les aliments secs adorent vivre dans le noir, au sec, à température constante plutôt fraîche (moins de 25 °C), bien protégés de l’air et des insectes comme des rongeurs. Mais, dans la vie, on n’obtient pas toujours ce dont on rêve, même si l’on est un paquet de lentilles ou un pot de miel. Combien subissent les placards au-dessus des plaques chauffantes (leur cauchemar : chaud, froid, humidité !), le réfrigérateur alors qu’ils ne sont pas faits pour, les emballages inadéquats ? Autre impératif : les aliments doivent être rangés dans un endroit propre, ventilé, certainement pas en compagnie des produits ménagers ni à proximité des ordures ménagères.

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Je parraine un proche.

Magazine

Produits

Pour aller plus loin

Sélection de recettes d’Anaïs Dufourneau

Les tout premiers et fidèles lectrices et lecteurs de notre magazine ont pu, des années durant, découvrir chaque mois une nouvelle recette de cette cuisinière émérite et érudite. Elle nous a quittés il y a trois ans, mais nous ne l’avons pas oubliée.
En souvenir d’Anaïs, et pour fêter la nouvelle année, nous avons sélectionné pour vous quelques délices à réaliser, extraits de son ouvrage paru en 2006 Les Savoureuses Recettes d’Anaïs Dufourneau.

Le lait de vache

La blancheur virginale du lait de vache ne fait plus l’unanimité. Cependant, inutile de tomber dans l’alarmisme : personne ne risque de mourir foudroyé après avoir mangé un flan. En revanche, trop c’est trop, et l’excès de produits laitiers semble dommageable à plus d’un titre. Le point sur cet aliment à surveiller… comme le lait sur le feu.