Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Violette odorante (Viola odorata)

En mars, cueillez-la dans votre jardin ou dans la campagne

Elle soigne la toux, les rhumatismes, les migraines et active le transit.

La violette odorante est l’une des premières fleurs de l’année, adulée par les enfants qui s’amusent à la ramasser pour en faire de précieux bouquets qu’ils offriront avec beaucoup de fierté à leurs parents. Ramassez les fleurs et les feuilles, le matin, par temps non pluvieux si possible. Les fleurs se cueillent dès leur plein épanouissement. Disposez votre cueillette sur un linge propre, posé lui-même sur un plateau en bois, recouvrez les fleurs de gaze et laissez sécher à l’ombre dans un endroit sec et bien ventilé. Vous pouvez aussi commencer le séchage au four à très basse température, porte entrouverte, afin d’évacuer l’excès d’eau. Conservez séparément fleurs et feuilles dans des bocaux en verre, à l’abri de la lumière. Votre récolte se conservera pendant un an, puis les propriétés médicinales disparaîtront.

CONTRE LA TOUX 
– Infusion : dans un litre d’eau bouillante, versez 30 à 50 g de fleurs, couvrez, laissez infuser un quart d’heure, filtrez et buvez dans la journée. Si vous préférez, vous pouvez préparer l’infusion au fur et à mesure (à renouveler quand même trois fois dans la journée). Disposez dans une tasse une dosette à thé remplie d’une cuillerée à café de fleurs séchées que vous recouvrirez d’eau bouillante. Couvrez d’une soucoupe et laissez infuser dix minutes.

DIURÉTIQUE ET LAXATIVE 
– Infusion : versez un litre d’eau bouillante dans une carafe en verre avec 30 g de feuilles séchées. Couvrez, laissez reposer vingt minutes et filtrez. Prenez trois tasses dans la journée, ou plus, selon les effets désirés. 

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Magazine

Sponsorisé

Pour aller plus loin

Le pêcher (Prunus persica)

« Au mois d’avril, la chèvre rit. » Et pas que la chèvre d’ailleurs. Beaucoup d’entre nous rient de voir et de sentir cette vie végétale en plein devenir. Alors, ce mois-ci, je vous propose d’aller cueillir des fleurs et puis des feuilles. Ainsi, la bouche pleine de pétales, vous soignerez, entre autres, votre gorge et vos intestins.

Le coquelicot (Papaver rhoeas)

Pour notre plus grand bonheur, le coquelicot a recolonisé nos paysages. Utilisé depuis des siècles, il a encore, dans les campagnes, la réputation de soulager les rhumatismes, la toux, les bronchites, les angines et la coqueluche.

Le Tussilage (Tussilago farfara)

Cette plante, appelée aussi « chasse-toux » et « pas d’âne », est une plante médicinale qui a fini par tomber dans les oubliettes. Elle est pourtant très efficace en cas de grippe, refroidissement, asthme, bronchite, toux diverses et enrouement. Les fleurs ont une action calmante et adoucissante ainsi qu’expectorante.