Les triglycérides

Rubrique

On parle beaucoup du cholestérol, à juste titre, et moins souvent des triglycérides, ces autres lipides qui circulent dans notre sang. De quoi s’agit-il ? Quelles sont les valeurs normales ? Sont-ils dangereux en cas d’excès ?

À l’instar du cholestérol et surtout du mauvais cholestérol, l’ excès de triglycérides n’ est pas bon pour la santé. Trop nombreux, ils doivent être considérés comme un signal d’alarme car on les retrouve très souvent associés à des facteurs de risques cardio-vasculaires, tels que diabète, alcoolisme, hypercholestérolémie bien sûr, mais aussi obésité et même tabagisme. En clair, même si des triglycérides élevés n’exposent pas autant à des problèmes coronariens que le mauvais cholestérol, ils font craindre l’existence de facteurs de risques pour les coronaires.

Carte d’identité

D’un point de vue biologique, les triglycérides* sont issus de «l’estérification du glycérol par trois acides gras». Qui dit acides gras dit... lipides ! Et les triglycérides sont les lipides les plus abondants de l’organisme, loin devant le cholestérol. Ils circulent dans le sang, accrochés à d’autres substances (chylomicrons et VLDL). Notre alimentation occidentale en apporte environ 120g par jour, contre 1 g de cholestérol seulement. Ils vont être stockés dans l’organisme sous forme de cette graisse qui entoure nos organes, constituant également les bourrelets et autres poignées d’amour. La «combustion» des triglycérides, par l’exercice physique par exemple, délivre une énergie de 9 calories par gramme. Mais le corps fabrique aussi des triglycérides par l’intermédiaire du foie qui va récupérer tous les nutriments provenant de l’alimentation. Les triglycérides qui circulent dans le sang, et que l’on dose dans une prise de sang, proviennent donc de la synthèse hépatique et non directement de l’alimentation.

* Les médecins utilisent souvent le diminutif de «trigly».

Valeurs normales

Le taux normal des triglycérides est compris entre 0,5 et 1,5 g par litre de sang. Il est naturellement plus élevé chez l’homme et chez la femme enceinte lors du dernier trimestre. Au terme de la grossesse, le taux peut même doubler pour revenir à la normale deux mois après l’accouchement. Enfin, l’obésité, la pilule contraceptive et le tabac peuvent augmenter les taux de triglycérides.

Trop de triglycérides

Les médecins parlent d’hypertriglycéridémie à partir de 2 g/Litre. Au-delà de 6 g/L, les triglycérides peuvent provoquer une pancréatite en bouchant les canaux pancréatiques du fait de leur nombre et de leur volume, créant ainsi une inflammation du pancréas. De nombreuses circonstances pathologiques entraînent un excès de triglycérides : alcoolisme, diabète mal équilibré, insuffisance rénale ou encore infarctus du myocarde. Il s’agit d’hypertriglycéridémies dites «secondaires». Dans d’Autres circonstances, c’ est l’organisme qui fabrique trop de triglycérides. On parle alors d’hypertriglycéridémies «primitives».

Hypertriglycéridémies primitives

Schématiquement, il existe 5 types d’hypertriglycéridémies primitives (HP) dans lesquelles l’excès de triglycérides s’accompagne ou non de perturbation des autres lipides de l’organisme :

HP de type 1 : rarissime (un cas sur un million), elle est due à un déficit en une enzyme. Elle se manifeste dès l’enfance par des douleurs abdominales, le développement d’un gros foie ou encore des dépôts de graisses au niveau de la peau, sortes de nodules cutanés jaunâtres. Risque important de pancréatite.

HP de type 2b : elle s’accompagne d’un excès de cholestérol. On retrouve cette forme associée à l’obésité androïde (masculine), l’insulinorésistance (diabète) et l’hypertension artérielle. On la retrouve chez 15 % des sujets atteints de problèmes cardio-vasculaires.

HP de type 3 : associée à un taux de cholestérol élevé, elle est très athérogène (qui génère de l’athérosclérose), mais rare.

HP de type 4 : l’hypertriglycéridémie est très élevée, jusqu’ à 15 g/L parfois ! Elle peut s’associer à l’athérosclérose et à l’hypercholestérolémie. Attention à l’excès d’alcool ou de sucres qui peuvent précipiter l’hypertriglycéridémie. Risque très important de pancréatite aiguë

HP de type 5 : rare, elle s’associe à des perturbations des autres lipides de l’organisme.

Prise de sang

Une simple prise de sang permet le dosage des triglycérides. Il est d’usage d’y associer la mesure du taux de cholestérol. Cet examen nécessite d’être à jeun depuis au moins 12 heures, car un repas modifie le taux des lipides dans l’heure qui suit, taux qu’il peut même doubler !

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier d’Homéopathie personnalisée
Le jeûne : mode d’emploi
Dépression. Le mensonge des antidépresseurs... et les vraies pistes de guérison
Mon manuel de sorcière