Sophrologie, fibromyalgie et électrosensibilité

Rubrique

J'ai plus de 60 ans et vos articles me confortent dans la voie que j'ai suivie, en me formant à toutes les méthodes dont j'entendais parler, que je testais et qui marchaient : relaxation, réflexologie plantaire, lithothérapie, brain-gym, magnétisme, méditation, mudras, EFT et EMT, huiles essentielles, thérapie par les sons, sophrologie (je suis depuis peu certifiée sophrologue), j'en oublie peut-être, laissant d'autres méthodes telles que TRE et Katzugen Undo (que j'ai testées et qui marchent aussi) à d'autres plus sportifs, et en retransmettant mon savoir.
Les merveilleuses choses auxquelles j'ai pu avoir accès grâce à votre magazine, comme le stage de communication animale, que j'ai pu suivre avec Jade Allègre : magique ! Sans compter les personnes que j'y ai rencontrées. Les échanges de "trucs", ceux que je connais et ceux que je découvre. Et aussi, tous vos conseils et avis, titres de livres, que j'ai pu communiquer à ceux qui me consultent (toujours en signalant que cela ne remplaçait pas, etc., bien sûr). Plusieurs personnes se sont même abonnées, et cela prouve que les choses avancent.

Dans le cadre de la revue n° 182 (article consacré au parcours d'une personne électro-hypersensible, NDLR), je voudrais vous signaler deux cas de personnes diagnostiquées électrosensibles que j'ai suivies, dont l'une a pu se débarrasser du problème grâce à un travail sur elle. Les ondes étaient vécues par ces personnes comme "des agressions qui les pénétraient et qu'elles se sentaient impuissantes à empêcher d'entrer dans leur corps"...
Si les deux avaient la même perception, seule l'une d'elles a accepté d'aller voir à quoi cela la ramenait. Elle a eu le courage de rechercher et de revivre les traumatismes originels pour les évacuer, et peut désormais téléphoner avec son portable, aller sur internet, avoir une vie "normale"(envisager de vivre ou travailler dans n'importe quel environnement, par exemple). L'autre a choisi d'être suivie uniquement par la médecine institutionnelle (mais je ne sais pas où elle en est, je n'ai pas eu de retour). Est-ce que ces ressentis "d'agression du corps par les ondes" ne seraient pas une autre piste à suivre ?

Quant à la fibromyalgie, les personnes qui en souffrent sont très réceptives à la sophrologie. Cela les a aidées (à ma grande surprise au début – je ne suis sophrologue que depuis 2014 – vu que rien ne semblait pouvoir les soulager) à obtenir de très belles améliorations (c'était le sujet de mon rapport de stage).
Les personnes fibromyalgiques sont aussi de plus en plus nombreuses à avoir recours, avec souvent des  résultats inespérés, au magnétisme (reiki-ate-ki,en ce qui me concerne) et je leur conseille d'ailleurs de suivre un stage pour être autonomes et pouvoir soulager elles-mêmes leurs douleurs. En grande majorité, elles ne le disent pas à leur médecin, de peur d'encourir au mieux leurs moqueries, sinon leur réprobation.
Je veux aussi signaler qu'un travail en relaxation profonde (semi-hypnose) a permis à plusieurs des personnes fibromyalgiques que je suivais de retrouver les nombreux évènements traumatiques répétitifs ayant mis en place cet état d'hypervigilance qui tétanise leurs muscles et que leur corps ne peut abandonner, pour pouvoir les évacuer et améliorer notablement leur état (améliorations en cours).

Pour finir : merci. Merci pour cette sensation que votre magazine me donne de faire partie d'un groupe de plus en plus important, en marche vers la santé, la vraie, grâce aux médecines alternatives, en toute sécurité, que ce soit en mode curatif ou en mode préventif (…). »

Annie P. du Loiret

Retour au sommaire de Rebelle-Santé n° 184

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Bien manger sans cuisiner
Et si vous appreniez à vous soigner vous-même ?
L'alimentation santé : les recettes!
Mon cahier de remèdes et recettes au Miel