Les signes de la déshydratation

À repérer pour se désaltérer à temps !
Point besoin d’un épisode caniculaire pour souffrir de déshydratation : l’effort sportif et certaines pathologies peuvent exposer à la déshydratation, ou bien on oublie de boire. En première ligne, la personne âgée. Le point sur les signes évocateurs du déficit en eau.

DÉFICIT CHRONIQUE
Dans la plupart des cas, la déshydratation est déjà bien installée avant que la sensation de soif n’apparaisse.
En réalité, la soif traduit un besoin ponctuel « sensoriel » en eau, après un effort sportif, par exemple, ou à la sortie d’un repas très salé ou alcoolisé.  Attention, lorsque le déficit en eau est très prononcé, comme en sport par exemple, le débit sanguin diminue aussi au niveau digestif, et l’eau qui pourrait être ingérée à ce moment-là risque de ne plus être absorbée, faute d’un débit sanguin suffisant dans les vaisseaux qui entourent le tube digestif.

DES RISQUES BIEN RÉELS
La déshydratation expose à de nombreuses conséquences qui peuvent être graves, comme les infections, l’augmentation de la température interne (fièvre), la baisse de la tension artérielle et l’augmentation du rythme cardiaque, l’insuffisance rénale, l’apparition de crampes, de tendinites ou de calculs rénaux.

PERSISTANCE D’UN PLI CUTANÉ
La déshydratation se manifeste surtout par un pli cutané, autrement dit la persistance d’un pli au niveau de la peau de la cuisse, du thorax ou du bras après l’avoir pincée entre deux doigts : la peau revient très lentement à l’état initial. Ce pli cutané traduit le manque d’élasticité de la peau dû au manque d’eau dans les tissus cutanés.

FATIGUE ET TORPEUR
Autres signes évocateurs : la langue et la bouche sont sèches, les urines sont très concentrées et peu abondantes dans la journée, il n’y a plus de sudation sous les bras, la fatigue est généralisée, les yeux sont ternes et ont perdu leur éclat, le poids baisse de façon inexplicable de l’ordre de 2 à 3 kilos en quelques jours.

L'article du Dr Gloaguen est paru dans Rebelle-Santé n° 149 (épuisé).

n° 149 (épuisé)

Mots-clés