Nourrissez votre œil !

Rubrique

Extraordinaire mécanisme, l’oeil reçoit les images en une infime fraction de seconde. Couleurs, formes, reliefs, mouvements s’organisent en un spectacle permanent. Mais l’âge, la pollution, les maladies, les infections et surtout le soleil finissent par détraquer cet organe si fragile.

Par Jean-Luc Lome

Les compléments alimentaires pour vos yeux…
Pour lutter contre la DMLA (Dégénérescence maculaire liée à l'âge), la cataracte ou le glaucome, pour ralentir la presbytie ou tout simplement pour augmenter ses performances visuelles, il faut nourrir son œil. Certains nutriments retardent le vieillissement des cellules, d'autres améliorent la fonction des cellules nerveuses, d'autres encore stimulent la micro-circulation sanguine du système oculaire.

La vitamine C, la vitamine E, les oméga-3, le pycnogénol, la quercétine, la myrtille, les bêta-carotènes et la lutéine nourrissent et protègent vos yeux…
Toutes ces substances se trouvent dans les fruits et autres végétaux. Mais il faudrait pouvoir avaler des kilos d'oranges pour la vitamine C, du poisson matin et soir pour la vitamine E, des kilos d'épinards pour la lutéine… Disponibles en pharmacies ou en magasins de produits naturels, les compléments alimentaires combinent plusieurs de ces anti-oxydants ou stimulants de l'œil et en concentrent les bienfaits. Ces formules (ou « complexes ») sont particulièrement intéressantes, car les chercheurs ont constaté que les anti-oxydants, associés entre eux, potentialisent leurs effets. Par exemple la lutéine est d'autant plus efficace qu'elle est assimilée par l'organisme en même temps que des vitamines.

LES TROUBLES ET MALADIES DE LA VUE

La cataracte
Le rôle du cristallin est de produire une image nette dans l'œil. La cataracte est une opacification progressive de cette petite lentille située juste derrière l'iris. Tout le monde peut être atteint, un jour ou l'autre, par la cataracte. Les risques sont augmentés par la prise régulière de corticostéroïdes, par l'alcoolisme ou le tabagisme ainsi que par le diabète ou l'exposition prolongée aux rayons solaires. Aucun traitement médicamenteux ne peut guérir la cataracte. La seule solution thérapeutique consiste à remplacer le cristallin obscurci par un implant en plastique intraoculaire. Cette opération chirurgicale est efficace dans 90 % des cas. Plusieurs études scientifiques ont démontré l'intérêt de la lutéine, de la vitamine C et de la vitamine E pour réduire le risque de cataracte.

Le glaucome
Le glaucome est une maladie du nerf optique, due à une élévation anormale de la pression intraoculaire. Il y a plusieurs formes de glaucome. Dans tous les cas, les premiers symptômes se traduisent par des douleurs oculaires, des maux de tête et une baisse de la vision. Cette affection touche surtout les personnes de plus de 40 ans (2 %). Au-delà de 70 ans, le risque atteint 10 %. Il s'agit de la deuxième cause de cécité dans le monde après la dégénérescence maculaire. Les traitements médicaux, adaptés aux différents types de glaucome et à leur gravité, passent d'abord par des gouttes ophtalmiques puis la chirurgie (laser). Antécédents familiaux, diabète ou usage prolongé des corticostéroïdes augmentent le risque de glaucome. Plusieurs études ont démontré l'utilité du gingko biloba et de la vitamine C pour ralentir son apparition.

La DMLA
La DMLA (Dégénérescence maculaire liée à l'âge) se manifeste par la destruction de la macula, située au centre de la rétine. Elle touche surtout les personnes de 50 ans et plus. La macula permet de voir avec clarté les détails et les couleurs. Les premiers symptômes sont le besoin d'augmenter la lumière, une vision floue et les distorsions visuelles. Les risques sont, en plus de l'âge, le tabagisme, l'hypertension, les antécédents familiaux et les yeux clairs. La vision centrale est plus ou moins rapidement perdue, sans signe douloureux, d'où l'importance du dépistage systématique. Entre 50 et 65 ans, il faut consulter un ophtalmo tous les 2 ans. Après 65 ans, cet examen doit avoir lieu tous les ans. Pour la forme sèche, à évolution lente, il n'existe pas de traitement, mais une adaptation à la perte progressive de la vision doit être mise en œuvre au plus tôt. Pour la forme «humide», qui est moins courante mais qui évolue très vite (ce qui justifie un dépistage précoce et des visites régulières chez l'ophtalmo), le chirurgien, selon le cas, fera une photocoagulation au laser ou bien injectera sous la macula un médicament réactif à la lumière. Il a été prouvé qu'une combinaison de vitamines C et A et de bêta-carotène réduit de 28 % le risque de DMLA. Par ailleurs le ginkgo biloba, la myrtille et la vigne rouge ont aussi une activité prouvée pour prévenir la DMLA.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Découvrez nos livres santé

Les remèdes homéopathiques
Les plantes qui guérissent (Poche)
Mon cahier de sorcière guérisseuse
L'Alimentation santé en pratique