Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Comment j’ai écarté un diabète naissant…

J’avais 61 ans et une vie citadine quelque peu désordonnée dans un célibat de semaine : bonbons, chocolat, pâtes de fruits, plats cuisinés, boissons gazeuses sucrées… Jusqu’au jour où il a bien fallu que je me remette en question sur le plan alimentaire.
Avec une vue trouble, des mictions nocturnes fréquentes, une envie de boisson sucrée gazeuse importante, je me suis rapidement documenté pour connaître l’origine des troubles cités… le diabète !
Un court séjour de quelques heures aux urgences locales ont suffi à détecter un taux de glycémie important de 3,88 g/l, bien au-dessus de la norme située à 1,26 g/l.
La diabétologue imposée par le système de santé m’a prescrit dans cette urgence un appareil de contrôle glycémique, un traitement composé de Metformine et de Diamicron et elle pensait que cette affection diabétique pourrait être de type 1.

J’ai immédiatement entrepris une réforme totale de mon alimentation (très désordonnée malgré mon végétarisme depuis l’âge de 18 ans).
Plus de bière ni de boissons sucrées, plus de chocolat au lait, mais du noir à 74 % de cacao, plus de pâtes de fruits, ni de fritures et moins de pâtes et de riz.
Rapidement, mon taux de glycémie a chuté à une moyenne de 1,40 g/l.
À ma nouvelle alimentation, j’ai ajouté de l’activité physique : j’ai coupé du bois, jardiné, fait des balades rapides à pied, à vélo et j’ai même pris des cours de self défense sur tatamis.
C’est sans doute en suant beaucoup que j’ai pu éliminer l’excès de calories et de sucre emmagasiné dans les petites rondeurs abdominales.
J’ai retrouvé mon poids de jeune homme et il est passé de 74 kg à 67 kg.
J’ai supprimé TOUT traitement au grand désarroi de la praticienne ! Moyenne actuelle de la glycémie : 1,10 g/l avec un taux d’hémoglobine glyquée de 5,1 %. Un vrai bonheur.

Aujourd’hui, je remercie l’alerte donnée par mon corps. J’ai encore peaufiné mon régime alimentaire (voir le site Internet de Thierry Casasnovas : regenere.org).
Le matin, je prends un jus de citron avec un thé vert.
Le midi, je mange des légumes crus ou cuits au four, ou une poêlée de légumes verts au wok avec un peu d’huile d’olive et beaucoup de choux crus ou cuits !
Et le soir, un bouillon ou une soupe légère et un thé.
J’ai supprimé aussi TOUS les laitages, gâteaux industriels et viennoiseries. Du pain… oui mais sans gluten et artisanal. Un jour de jeûne par semaine, des monodiètes et des cures de Chlorumagène. Un restaurant une fois par semaine en choisissant les ingrédients dans l’assiette.
Vous avez dit diabète ? »

Patrick M. de l’Ille-et-Vilaine

Retour au sommaire de Rebelle-Santé n° 184

Magazine

À lire aussi

Sélection de recettes d’Anaïs Dufourneau

Les tout premiers et fidèles lectrices et lecteurs de notre magazine ont pu, des années durant, découvrir chaque mois une nouvelle recette de cette cuisinière émérite et érudite. Elle nous a quittés il y a trois ans, mais nous ne l’avons pas oubliée.
En souvenir d’Anaïs, et pour fêter la nouvelle année, nous avons sélectionné pour vous quelques délices à réaliser, extraits de son ouvrage paru en 2006 Les Savoureuses Recettes d’Anaïs Dufourneau.

Je mange “Seignalet”…

Le régime « ancestral » ou « hypotoxique » du Dr Seignalet, vous connaissez (voir le n° 72 de Belle-Santé). Ses promesses (minceur, forme, rémission ou guérison de nombreuses maladies), vous y croyez. Mais quant à vous y mettre… non, vraiment : trop d’interdits, trop astreignant, trop triste… Vraiment ? Et si, après l’avoir testé, on vous prouvait que « manger Seignalet » au quotidien est plus facile qu’il n’y paraît et qu’en plus, vous allez vous régaler ?