Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Des recettes naturelles avec la prêle des champs

En usage interne

En cas d’abcès et de furoncles récurrents

Infusion : versez un litre d’eau bouillante sur 50 g de feuilles sèches de bouleau, 50 g de feuilles sèches de frêne, 50 g de prêle sèche et 25 g de chacune de ces plantes sèches : feuilles d’olivier, racines râpées de guimauve et fleurs de violette. Couvrez, laissez infuser un quart d’heure, filtrez et buvez dans la journée. Faites ceci une semaine par mois pendant deux à trois mois.

En cas de calculs rénaux, d’œdèmes, d’ostéoporose, d’arthrite, de rhumatismes, d’ongles fragiles, de tendons fatigués et de fractures

Infusion : versez une tasse d’eau bouillante sur une cuillerée à soupe de prêle sèche. Couvrez, laissez reposer un quart d’heure, filtrez. Buvez trois tasses dans la journée. En cure d’une semaine par mois pendant trois mois.

Décoction : dans un litre d’eau froide, jetez 40 g de plante sèche. Portez à ébullition, couvrez et laissez mijoter à petits bouillons pendant trente minutes. Filtrez et buvez l’équivalent d’un petit verre à moutarde avant chaque repas. Ne prolongez pas plus de dix jours.

Décoction spéciale rhumatismes : cette décoction chasse les toxines en favorisant le drainage. Portez un litre d’eau à ébullition et, aux premiers frémissements, ajoutez quatre cuillerées à soupe du mélange suivant : 50 g de feuilles de vigne, 50 g de prêle, 50 g de fleurs de bruyère et 50 g de racine de guimauve, toutes sèches. Laissez bouillir doucement trois minutes. Retirez du feu. Couvrez, attendez dix minutes, filtrez et buvez trois tasses par jour. Prenez cette décoction en cure de dix jours par mois pendant trois mois, renouvelez à la saison suivante au besoin.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX MEMBRES

Abonnez-vous pour consulter l’article en intégralité

Magazine

Produits

Pour aller plus loin

Des recettes naturelles avec le pin

“Vent frais, vent du matin, vent qui souffle aux sommets des grands pins…” Mais de quel pin s’agit-il car il en existe de nombreuses espèces, selon les sols et les climats. En phytothérapie, c’est principalement le pin sylvestre, Pinus sylvestris, surnommé pin sauvage ou pin d’Écosse, que l’on emploie, mais tous ont des propriétés proches.

La fausse bruyère (Calluna vulgaris)

« Quand vient St Matthieu, à l’été on dit adieu. » Alors, récolte les dernières pailles et derniers grains avant que la pluie ne les gâte, puis va dans les landes et remplis ton panier des grappes de la « bucane ». Ainsi tu pourras soigner ton moral, ta peau, tes reins et tes os.

Des recettes naturelles avec le houblon

Humulus lupulus, le houblon, est une liane aux tiges volubiles. Ses feuilles rêches opposées rappellent celles de la vigne. On le nomme bois du diable, car il grimpe aux arbres dans le sens contraire des aiguilles d’une montre, désordre attribué à l’action de Satan. Cependant, dans certains jardins de curés, on le cultivait… Double paradoxe, car la culture ne concerne que les pieds femelles… Satan se cache partout… Trêve de plaisanterie : ces curés-là étaient sans doute plus convaincus des bienfaits du houblon que de son odeur sulfureuse.

Des recettes naturelles avec l’églantier

L’églantier, Rosa canina, est un rosier sauvage, un arbrisseau de 2 à 3 mètres de haut qui pousse dans les haies et les friches. Ses aiguillons fortement crochus couvrent de longues tiges dressées finissant par se courber. C’est le rosier sur lequel Aphrodite s’est blessée, colorant de son sang les pétales blancs. Cependant, bien que les fleurs simples à cinq pétales soient souvent roses, certains individus persistent dans leur blancheur.