Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Des recettes naturelles avec le laurier noble

Il n’est plus temps de vous endormir sur vos lauriers. Nature frémit déjà en ce mois de février. Partez sur les sentiers ou dans votre jardin pour cueillir des branches de cet arbre toujours vert, un arbre noble et poète, le Laurus nobilis, dont les feuilles tressées en couronne ont ceint le front de bon nombre de vainqueurs, artistes et savants. Faut-il encore le présenter ? Cueilleurs, je vous en prie, ne le confondez pas avec d’autres lauriers, le laurier-cerise qui a envahi nos haies ou le laurier-rose, aux feuilles allongées, très toxique. Le laurier noble a l’écorce sombre et un feuillage persistant très odorant, à l’arôme balsamique qui l’identifie immédiatement. Laurier d’Apollon, laurier-sauce, l’arbre remplit ses fonctions ornementales et condimentaires. Ses feuilles parfument bouillons et viandes dans nos cuisines. Elles ont des propriétés digestives, carminatives, désinfectantes et diurétiques. Les baies, quant à elles, sont antirhumatismales et on les emploie sous forme de tisanes, huiles et pommades. Feuilles et baies s’utilisent sèches.

Boissons plaisir à partager

Voici deux exemples de boissons à boire chaudes en cette période d’hiver, mais que vous pourrez déguster également froides cet été.

Boisson épicée : dans un litre d’eau bouillante, versez une pincée de cannelle, trois feuilles de laurier, cinq clous de girofle, une cuillerée à soupe d’anis étoilé, de l’écorce de citron (non traité) et une rondelle d’orange bio. Portez à ébullition, maintenez à petits bouillons cinq minutes, couvrez et laissez reposer dix minutes. Filtrez, sucrez et dégustez. Vous pouvez remplacer l’eau par un lait végétal.

Boisson orangée : dans un litre et demi d’eau bouillante, jetez une poignée de feuilles d’oranger sèches, une cuillerée à soupe de fleurs d’oranger, quatre feuilles de laurier, une poignée de feuilles de tilleul, une demi-cuillerée à café de cannelle, deux à trois anis étoilés, des rondelles d’oranges et de citrons bio. Baissez votre feu, couvrez et laissez frémir dix minutes. Hors du feu, laissez infuser un quart d’heure, filtrez, sucrez et buvez.

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Je parraine un proche.

Magazine

Produits

Pour aller plus loin

Des recettes naturelles avec la prêle des champs

La prêle des champs, Equisetum arvense, pousse dans les milieux humides et argileux. Contrairement à la prêle des marais (toxique), la prêle des champs a, soit des tiges uniquement terminées par un épi, soit des tiges stériles sans épis mais avec des feuilles. Et ce sont ces tiges feuillues qui apparaissent après les tiges en épis, ces “queues de cheval”, que vous récolterez. Si vous avez des doutes, procurez-vous la plante en herboristerie. La prêle est très riche en silicium, calcium, fer, magnésium, potassium… Elle est reminéralisante, diurétique et cicatrisante, et garantit votre bien-être mais également celui de votre jardin. Les tisanes et autres préparations doivent être prises en interne sur un temps court plusieurs fois dans l’année. Elles sont déconseillées chez les jeunes enfants et les femmes enceintes.

Des recettes naturelles avec le houblon

Humulus lupulus, le houblon, est une liane aux tiges volubiles. Ses feuilles rêches opposées rappellent celles de la vigne. On le nomme bois du diable, car il grimpe aux arbres dans le sens contraire des aiguilles d’une montre, désordre attribué à l’action de Satan. Cependant, dans certains jardins de curés, on le cultivait… Double paradoxe, car la culture ne concerne que les pieds femelles… Satan se cache partout… Trêve de plaisanterie : ces curés-là étaient sans doute plus convaincus des bienfaits du houblon que de son odeur sulfureuse.

Des recettes naturelles avec le pin

“Vent frais, vent du matin, vent qui souffle aux sommets des grands pins…” Mais de quel pin s’agit-il car il en existe de nombreuses espèces, selon les sols et les climats. En phytothérapie, c’est principalement le pin sylvestre, Pinus sylvestris, surnommé pin sauvage ou pin d’Écosse, que l’on emploie, mais tous ont des propriétés proches.