Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Le mélilot (Melilotus officinalis)

Paniers aux bras, ramassons des sommités fleuries de trèfle de cheval pour le bien-être de nos jambes et de nos yeux.

Cette « herbe aux mouches » est une vivace qui pousse dans les terrains pauvres.

On la reconnaît à ses feuilles à trois folioles dentées et à ses fleurs jaunes qui attirent bon nombre d’insectes.

Les sommités fleuries doivent être rapidement séchées pour éviter toutes moisissures (la coumarine, substance aromatique présente dans les inflorescences, se transforme alors en substance toxique).

Ramassez par beau temps, en fin de matinée, coupez en petites sections et séchez en fine couche sur un plateau ajouré, à l’ombre et au sec. Vous pouvez utiliser un petit ventilateur à froid ou bien un déshydratateur.
Conservez dans des pots en verre teinté ou en terre vernissée.

SES PROPRIÉTÉS :
– Antispasmodique
– Anti-inflammatoire
– Anticoagulantes

CONTRE LES NÉVRALGIES
Infusion :
> Mélangez 10 g de bouillon blanc et 10 g de mélilot avec 30 g de camomille allemande et 30 g de verveine officinale.
> Jetez une cuillerée à soupe dans un quart de litre d’eau bouillante.
> Couvrez, laissez reposer un quart d’heure, filtrez.
Buvez-en trois tasses dans la journée loin des repas.

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Magazine

Pour aller plus loin

La fausse bruyère (Calluna vulgaris)

« Quand vient St Matthieu, à l’été on dit adieu. » Alors, récolte les dernières pailles et derniers grains avant que la pluie ne les gâte, puis va dans les landes et remplis ton panier des grappes de la « bucane ». Ainsi tu pourras soigner ton moral, ta peau, tes reins et tes os.

L’Agripaume (Leonurus cardiaca)

Une odorante bien difficils à ramasser cette « herbe des tonneliers », parce que ses fleurs sont dotées de piquants rébarbatifs. En espérant qu’il fera beau le 21 juin… puisqu’il paraît que « les herbes de Saint-Jean gardent leurs vertus tout l’an ».

La Cataire (Nepeta cataria)

« Mai, juin, juillet, bouche fraîche, le reste net. » Eh bien, c’est ce que nous allons faire en parfumant notre bouche de la cataire, gorgée d’essence aromatique qui se chargera, entre autres, de nettoyer nos poumons.