Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Le cimicifuga

Un secret des femmes indiennes contre les bouffées de chaleur

Appelé aussi Actée à grappes, le cimicifuga est une plante originaire d’Amérique du Nord employée depuis toujours pour résoudre les problèmes féminins, en particulier les troubles de la ménopause.

Les Indiens utilisaient couramment la racine du cimicifuga pour guérir les affections gynécologiques, les rhumatismes, les maux de tête et de gorge, et même pour soigner les morsures de serpents. La plante est en effet sédative, anti-inflammatoire, et semble avoir une incidence sur les bouleversements hormonaux, aussi bien pendant la ménopause qu’au moment des douleurs menstruelles chez les femmes.

ELLE AGIRAIT SUR LES RÉCEPTEURS DE SÉROTONINE
Même si on ne connaît pas encore exactement les mécanismes d’action du cimicifuga, il est fort probable que nombre de ses effets viennent de son affinité avec les récepteurs de la sérotonine, notre hormone de bonne humeur. Certains des récepteurs de sérotonine auxquels se lient les principes actifs du cimicifuga jouent un rôle dans la régulation de la température corporelle… C’est ainsi que la plante pourrait intervenir en calmant les bouffées de chaleur.

Retour au sommaire du Hors-Série n° 14

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Je parraine un proche.

Magazine

Pour aller plus loin

Le cimicifuga

Appelé aussi Actée à grappes, le cimicifuga est une plante originaire d’Amérique du Nord employée depuis toujours pour résoudre les problèmes féminins, en particulier les troubles de la ménopause.

PHYTOMODULATEURS HORMONAUX

Parce qu’un traitement hormonal substitutif leur est contre-indiqué, parce qu’elles ne l’ont pas supporté ou qu’elles ne souhaitent pas l’essayer, certaines femmes cherchent dans la nature des solutions aux troubles liés à la ménopause.

Les hormones végétales

Aujourd’hui, il est de notoriété publique que le traitement hormonal substitutif (THS) n’est pas sans risque pour notre santé. Il augmenterait notamment le risque de cancer du sein et de l’utérus. Faut-il pour autant accepter sans broncher les divers troubles de la ménopause? NON. Heureusement, la nature à tout prévu et de nombreuses plantes sont en mesure de nous aider à passer ce cap en douceur et en pleine santé. Belle-Santé fait le point sur les hormones végétales et leur mode d’action.

Les plantes de la bonne humeur

Tout comme elle était partie en guerre contre l’utilisation abusive des antibiotiques, l’Assurance Maladie met aujourd’hui en garde contre celle des benzodiazépines. Ces molécules chimiques créées pour résoudre l’anxiété, les angoisses ou encore la dépression entraînent une accoutumance et ne sont pas dénuées d’effets secondaires, d’où l’intérêt de miser sur certaines plantes !